L’éruption des Canaries pourrait-elle causer un méga-tsunami? Un risque réel mais «extrêmement faible»

belgaimage-181775479-full
BelgaImage

Ce dimanche 19 septembre, la Cumbre Vieja, un volcan situé dans le sud de l’île espagnole de La Palma est entré en éruption. Une première depuis 1971. Les signes de reprise se faisaient pourtant déjà sentir ces dernières années avec des séismes de plus en plus récurrents, ce qui s’est encore renforcé la semaine passée. L’alerte avait donc été donnée, à raison. Mais cette éruption n’est pas qu’un banal crachat de lave. Elle fait craindre qu’une partie de l’île s’effondre dans la mer et ne provoque un méga-tsunami. C’est en tout cas la théorie développée par plusieurs études qui se montrent inquiétantes, du moins a priori puisque d’autres signes se montrent plus rassurants.

Une théorie qui fait peur

Il y a une vingtaine d’années, deux chercheurs, Simon Day et Steven N. Ward, imaginent dans un article publié dans Geophysical Research Letters le scénario où le flanc ouest de la Cumbre Vieja serait tellement instable qu’il provoquerait un glissement de terrain XXL. Son parcours finirait dans la mer, située à son pied, et provoquerait le méga-tsunami tant redouté. Une vague beaucoup, beaucoup plus grande que celle de Sumatra ou du Japon, et qui affecterait tout l’Océan Atlantique. En 2004, le professeur Bill McGuire parle d’un tsunami qui ferait encore 50 mètres à son arrivée sur la côte est des Etats-Unis. Un scénario digne des films catastrophes.

A priori, cela semble tellement gros que cela semble impossible. Pourtant, il y a des précédents historiques. L’éruption minoenne, vers 1600 avant J-C, aurait par exemple vu l’île de Santorin s’effondrer, d’où la jolie caldeira actuelle, ce qui aurait provoqué la chute de la civilisation minoenne alors toute puissante en Méditerranée orientale.

Une probabilité « extrêmement faible »

Mais est-ce que la Cumbre Vieja pourrait se transformer en un nouveau Santorin ? Les autres scientifiques en doutent. D’autres études ont montré que ce volcan a provoqué par le passé des effondrements partiels et prolongés, pas un glissement de terrain brutal et massif. Donc a priori, pas de quoi provoquer un méga-tsunami. Cette théorie persiste pourtant car à l’époque, plusieurs médias ont relayé les études de Simon Day et Steven N. Ward sans regarder aux autres.

Luis González de Vallejo, directeur de l’Institut volcanologiques des Canaries, vient d’ailleurs de mettre les choses au clair ce vendredi. « Pour que le flanc du Cumbre Vieja arrive à réunir des conditions proches de l'instabilité, il faudrait simultanément un tremblement de terre de magnitude exceptionnellement élevée et une éruption volcanique explosive de grande ampleur », explique-t-il. « La probabilité d'une éruption avec un taux d'explosivité élevé et à la fois d'un grand tremblement de terre est extrêmement faible, selon le registre géologique de ce type d'événements sur l'île. Le Cumbre Vieja est donc stable, même sous les effets d'éruptions semblables à celles qui se sont produites ces dernières dizaines de milliers d'années ».