Johnny Depp estime que «personne n’est à l’abri» de la Cancel Culture

BELGAIMAGE-181894482
BelgaImage

Ce mercredi, Johnny Depp était présent lors du festival de Saint-Sébastien, au Pays basque espagnol, où il a reçu un prix Donostia pour l'ensemble de sa carrière. Interrogé à cette occasion, l’acteur est revenu sur la période difficile qu’il a vécu ses dernières années, ayant notamment perdu son procès contre le tabloïd The Sun en 2020 qui l’avait décrit comme un mari violent. Une critique doublée de nombreuses critiques à son égard. Et ça, il ne le digère toujours pas.

Un mouvement « hors-contrôle » ?

Johnny Depp est d’abord évasif, semblant faire allusion au mouvement #Metoo, et notamment aux compagnes de dénonciation des violences sexuelles commis par des hommes (surtout ceux influents). « Les différents mouvements qui ont émergé, j’en suis persuadé avec les meilleures intentions, sont cependant à présent tellement hors contrôle que je peux vous dire que personne n’est à l’abri », a-t-il déclaré. L’occasion pour lui de dénoncer « cette culture de l’effacement (« cancel culture ») ou cette tendance à porter dans la précipitation un jugement hâtif basé essentiellement sur ce qui s’apparente à de l’air pollué exhalé ». Selon lui, « personne n’est à l’abri » d’un « jugement hâtif » qu’il relie à la cancel culture.

Depuis le procès contre The Sun, au cours duquel des détails sordides ont été révélés sur sa relation avec Amber Heard, l’acteur a notamment perdu son rôle au sein de la série « Les animaux fantastiques ». Le prix remis à Saint-Sébastien a également été critiqué par des organisations féministes et des femmes travaillant dans l'industrie du cinéma. Quant à Johnny Depp, il dément toujours avoir été un mari violent.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux