Un humble pêcheur fait fortune après avoir découvert… du vomi de baleine

6156d261ff1b5829ece7275b_o_U_v2
Capture d’écran Twitter

Ce lundi, Narong Petcharat, un pêcheur thaïlandais de 56 ans, s’est rendu comme à son habitude en mer dans l’espoir d’avoir de bonnes prises. Rien de bien spécial jusqu’au moment où il se décide de retourner vers le rivage. Il tombe alors sur un objet inhabituel, lourd d’une trentaine de kilos. Intrigué, il s’y intéresse et il a bien raison car il s’avère que c’est un ancien bloc de vomi de baleine.

Dit comme cela, ça donne pas vraiment envie de s’y attarder et pourtant, ce serait une grande erreur. Cet objet s’est en effet transformé en ambre gris, une concrétion intestinale qui vaut très cher. En l’occurrence, ce pêcheur de la province de Surat Thani, au sud de la Thaïlande, va gagner plus d’un million d’euros, autrement dit une véritable fortune vu le coût de la vie dans ce pays.

Quant à ce fameux bloc de vomi, il pourrait être utilisé dans la parfumerie. Car si l’odeur de l’ambre gris est a priori nauséabonde, cela s’atténue après une très longue exposition à la lumière. Il fixe ensuite les odeurs plus fugitives.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?