Le portrait mal-aimé et spolié

L’œuvre du peintre, considérée comme trop moderne et trop froide à l’époque.
L’œuvre du peintre, considérée comme trop moderne et trop froide à l’époque. - RTBF

En 1880, un riche banquier français et juif, Louis Cahen d’Anvers, désire que l’on tire le portrait de ses trois filles, Irène, Élisabeth et Alice. Grâce à un collectionneur d’art, Charles Ephrussi, le comte d’Anvers découvre le travail d’un tout jeune peintre, dont la réputation est grimpante : Auguste Renoir. Si le banquier n’est pas un adepte du mouvement impressionniste dont l’artiste est pourtant indissociable, une commande est néanmoins passée. Ce qui a appuyé le choix de Cahen d’Anvers ? Une toile que Renoir a réalisée deux ans plus tôt, représentant Madame Charpentier et...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète