John Lennon tenu pour responsable de la fin des Beatles par Paul McCartney

belgaimage-123744061-full
BelgaImage

En 1970, c’est le choc sur la scène musicale mondiale. Les Beatles, c’est fini! L’aura du groupe persistera par la suite mais depuis, une question taraude les fans : qui a provoqué cette séparation ? Selon une version, ce serait Paul McCartney qui aurait été à l’origine de cette décision. C’est ainsi que la BBC l’a interrogé à ce sujet à l’occasion d’un numéro de l’émission « This Cultural Life » diffusé à la fin du mois. Mais pour l’artiste de 79 ans, c’est simple: il n’y est pour rien et c’est John Lennon qui a provoqué la fin des Beatles.

« Je n’ai pas été à l’origine de la rupture, c'était notre Johnny »

D’après les personnes qui critiquent Paul McCartney, ce dernier aurait eu des contentieux avec le manager du groupe, Allen Klein, ce qui avait même amené le multi-instrumentiste à attaquer les Beatles en justice. Il est aussi accusé d’avoir voulu se lancer dans une carrière solo, qu’importe si cela signerait la fin de cette collaboration mythique.

Interrogé sur ces accusations, Paul McCartney répond fermement. « Je vous arrête là. Je ne suis pas celui qui a initié la séparation. Oh non, non, non, John est entré un jour dans une pièce et a dit "Je quitte les Beatles" », précise-t-il, en ajoutant même que si John Lennon n’avait pas voulu redémarrer une autre vie, le groupe « aurait pu » continuer. Autre révélation: comme il le raconte, les Beatles ont dû cacher le choix de John Lennon au public, afin qu’Allen Klein puisse conclure les derniers accords commerciaux. « Pendant quelques mois, nous avons dû faire semblant », raconte l’artiste.

Paul McCartney affirme même son attachement aux Beatles. « C'était mon groupe, c'était mon travail, c'était ma vie, alors je voulais que ça continue ». Malgré tout, il qualifie leur séparation comme « assez excitante, un peu comme un divorce ». « C'était bizarre parce que nous savions tous que c'était la fin des Beatles mais nous ne pouvions pas simplement nous en aller », conclut-il.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?