John Lennon tenu pour responsable de la fin des Beatles par Paul McCartney

belgaimage-123744061-full
BelgaImage

En 1970, c’est le choc sur la scène musicale mondiale. Les Beatles, c’est fini! L’aura du groupe persistera par la suite mais depuis, une question taraude les fans : qui a provoqué cette séparation ? Selon une version, ce serait Paul McCartney qui aurait été à l’origine de cette décision. C’est ainsi que la BBC l’a interrogé à ce sujet à l’occasion d’un numéro de l’émission « This Cultural Life » diffusé à la fin du mois. Mais pour l’artiste de 79 ans, c’est simple: il n’y est pour rien et c’est John Lennon qui a provoqué la fin des Beatles.

« Je n’ai pas été à l’origine de la rupture, c'était notre Johnny »

D’après les personnes qui critiquent Paul McCartney, ce dernier aurait eu des contentieux avec le manager du groupe, Allen Klein, ce qui avait même amené le multi-instrumentiste à attaquer les Beatles en justice. Il est aussi accusé d’avoir voulu se lancer dans une carrière solo, qu’importe si cela signerait la fin de cette collaboration mythique.

Interrogé sur ces accusations, Paul McCartney répond fermement. « Je vous arrête là. Je ne suis pas celui qui a initié la séparation. Oh non, non, non, John est entré un jour dans une pièce et a dit "Je quitte les Beatles" », précise-t-il, en ajoutant même que si John Lennon n’avait pas voulu redémarrer une autre vie, le groupe « aurait pu » continuer. Autre révélation: comme il le raconte, les Beatles ont dû cacher le choix de John Lennon au public, afin qu’Allen Klein puisse conclure les derniers accords commerciaux. « Pendant quelques mois, nous avons dû faire semblant », raconte l’artiste.

Paul McCartney affirme même son attachement aux Beatles. « C'était mon groupe, c'était mon travail, c'était ma vie, alors je voulais que ça continue ». Malgré tout, il qualifie leur séparation comme « assez excitante, un peu comme un divorce ». « C'était bizarre parce que nous savions tous que c'était la fin des Beatles mais nous ne pouvions pas simplement nous en aller », conclut-il.

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux