Jeûner, oui, mais pas à tout prix

Cet été, en France, les journaux ont évoqué le drame qui a touché une quadragénaire inscrite à un stage de jeûne dans l’Indre-et-Loire, dont le corps sans vie a été retrouvé après… 24 jours sans s’être alimentée. De telles dérives arrivent, elles sont rares heureusement, mais ont le mérite d’ouvrir le débat sur une pratique qui ne peut montrer ses bienfaits qu’à condition d’être surveillée de près. Dans son supplément, « Le Parisien » rappelle que le Dr Otto Buchinger – physicien et médecin dans la marine du XIXe siècle, qui fut le pionnier de cette pratique – préconisait déjà...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète