James Bond est « particulièrement naïf quant aux risques des maladies infectieuses »

Daniel Craig est l’un des acteurs à s’être glissé dans la peau de James Bond.
Daniel Craig est l’un des acteurs à s’être glissé dans la peau de James Bond. - Belgaimage

Ce n’est pas un secret, James Bond est particulièrement doué pour échapper aux pièges et aux tentatives de meurtre de ses ennemis.

Et pourtant, l’agent secret le plus célèbre de la planète n’est pas l’humain le plus prudent de l’histoire. C’est ce qu’a conclu l’étude scientifique menée par trois chercheurs des universités de Nimègue (Pays-Bas) et de Londres (Angleterre).

Après avoir visionné les 25 films de la saga, les chercheurs affirment que James Bons aurait un comportement à ne pas suivre quand on voyage comme lui à l’étranger. En 86 voyages dans 46 pays différents, le héros ne s’est lavé les mains que deux fois. La nourriture ingurgitée par contre, n’a jamais connu le moindre filet d’eau. « Étant donné à quel point une crise de diarrhée serait inopportune au milieu d’une mission pour sauver le monde, il est frappant de constater que James Bond ne se lave les mains qu’à deux reprises, malgré de nombreuses expositions à des agents pathogènes d’origine alimentaire… »

Et que dire des maladies véhiculées par les insectes. « Malgré la présence endémique du paludisme, de la dengue et du chikungunya dans plusieurs pays visités par James Bond (comme les Bahamas, la Jamaïque ou l’Inde), il ne prend même pas les précautions les plus élémentaires contre les piqûres d’insectes. »

L’agent britannique ne prendrait pas non plus le temps de se protéger lors de rapports sexuels. 59 en tout, soit 2,4 par long métrage. « James Bond appartient clairement aux 20 à 34% de voyageurs internationaux qui ont des relations sexuelles occasionnelles et dont environ la moitié n’utilise pas de préservatif ! », écrivent les chercheurs.

« Dans l’ensemble, nous avons trouvé James Bond très mal préparé aux risques pour la santé liés aux voyages et particulièrement naïf quant à la menace de maladies infectieuses. » Prudence donc si vous vous la jouez James Bond à l’étranger …