Bégaiements, notes perdues, Peppa Pig: le discours chaotique de Boris Johnson (vidéos)

belgaimage-184601395-full
BelgaImage

Boris Johnson s’exprimait lundi matin devant des chefs d’entreprises britanniques pour aborder notamment le prix des énergies, les pénuries, ou encore les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus dans son pays. Des sujets sérieux, que le Premier ministre britannique a toutefois abordés de manière peu habituelle et avec des références quelque peu étonnantes.

Tout d’abord, Boris Johnson s’est embrouillé dès le début dans les notes qu’il avait posées devant lui, cherchant ce qu’il avait à dire à plusieurs reprises. Pendant de longues secondes, il s’est excusé plusieurs fois en fouillant dans les feuilles étalées sur son pupitre avant de finalement entamer son discours. Tout en continuant à tenir deux feuilles dans les mains. À plusieurs reprises, il a également fait des bruits de moteur de voiture.

Ensuite, pour démontrer et féliciter « le pouvoir de créativité du Royaume-Uni », Boris Johnson a raconté une petite expérience personnelle… dans un parc d’attractions pour enfants. « Hier, j’étais au parc d’attractions de Peppa Pig. Qui a déjà été au Peppa Pig World  ? », a-t-il lancé, alors que quelques rires se faisaient déjà entendre dans l’assemblée. « Je me demandais ce que j’allais y trouver mais j’ai adoré, c’est vraiment mon genre d’endroit. Qui aurait pu croire qu’un cochon, ressemblant à un sèche-cheveux, rejeté par la BBC, serait exporté dans 180 pays, aurait des parcs à thème aux États-Unis ou en Chine ? […] Je pense que c’est du pur génie, Peppa Pig », a poursuivi le Premier ministre, bégayant et farfouillant toujours dans ses notes.

Sa prestation, dont Boris Johnson s’est dit satisfait en sortant de la salle, a donné l’impression qu’il n’était pas préparé et l’opposition britannique l’a qualifiée de « pagaille » et « gênante ». Des chefs d’entreprise ont déclaré au Guardian que le discours de Johnson était « un flop », avec des « références décousues dont certaines n'avaient manifestement aucune pertinence ». « Il a semblé perdre le fil », a confié un autre.

 
  • Les traces de la «Belgique nazie»

    L’ombre de Hitler plane toujours sur la Belgique...

    Plus de 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, notre pays cache encore des histoires secrètes liées à l’occupation allemande.