Accueil Édito

Le sexe, le pouvoir et le Diable

L’édito de Marc Pasteger

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 2 min

Il ne se passe quasiment plus une semaine sans qu’une personnalité ne soit mise en cause dans des affaires de viol ou d’agressions à caractère sexuel. Ces derniers jours, Nicolas Hulot a pris la décision d’abandonner la vie publique quelques heures avant que l’émission de France 2, « Envoyé spécial », ne donne la parole à plusieurs de ses prétendues victimes (voir « En pointille : Nicolas Hulot »). La dernière fois que Nicolas Hulot avait été suspecté de faits semblables, en 2018, il était membre du gouvernement d’Emmanuel Macron et l’affaire s’était rapidement dégonflée. Aujourd’hui, une enquête ordinaire a été ouverte.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Édito

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs