Accueil Soirmag Royal

Retour sur la visite de la reine Mathilde à Buckingham Palace (photos)

Ce mardi 29 novembre, la reine des Belges était en visite au Royaume-Uni pour parler de la violence contre les femmes et les filles.

Temps de lecture: 4 min

Dans l’objectif d’alerter la population face aux violences, sous toutes les formes, à l’encontre des femmes, les Nations Unies ont lancé une campagne de sensibilisation intitulée « 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre ». Pour ce faire, la reine consort, Camilla Paker Bowles, a invité des femmes influentes à Buckingham Palace. Parmi les invités, la reine Rania de Jordanie, la première dame de Sierra Leone Fatima Maada Bio, la première dame d’Ukraine Olena Zelenska, et notre reine Mathilde. La lutte contre les violences faites aux femmes est un sujet qui lui tient particulièrement à cœur. Notre Reine est notamment une porte-parole de prestige des objectifs de développement durable de l’ONU.

Durant la réception, la reine consort a prononcé un discours percutant : « Vos Majestés, Mesdames et Messieurs, bienvenue au palais de Buckingham, alors que nous nous réunissons pour la cinquième journée des « 16 jours d’activisme contre la violence sexiste »… Dans le monde entier, des individus et des organisations se rassemblent pour appeler à la prévention et à l’élimination de la violence contre les femmes et les filles. Pourquoi ? Parce que, sur une période de 16 jours, dans le monde entier, plus de 2 000 femmes seront tuées par un partenaire ou un membre de leur propre famille. Parce que, rien qu’en Angleterre et au Pays de Galles, au cours de cette même période, la police enregistre que plus de 3 000 femmes ont été violées. Et parce que jusqu’à 1 femme sur 3 dans le monde subira des violences domestiques au cours de sa vie. Derrière chacune de ces statistiques se cachent des histoires individuelles de souffrance humaine et de déchirement. ».

Elle continue : « Nous nous unissons aujourd’hui pour faire face à ce que l’on a appelé, à juste titre, une pandémie mondiale de violence à l’égard des femmes. Face à de tels défis, il peut être difficile de savoir quelles mesures pratiques nous pouvons prendre pour commencer à faire la différence. Au fil des ans, dans le cadre de mes fonctions précédentes, j’ai eu le privilège de rencontrer de nombreuses survivantes de viols et de violences domestiques, et de partager la douleur de personnes ayant perdu des membres de leur famille à cause de la violence. J’ai entendu que deux des moyens les plus puissants d’aider étaient de se souvenir et d’écouter. »

Dans la suite de son discours, Camilla se souvient : « Nous nous souvenons de ces femmes qui ont perdu la vie aux mains d’un étranger, ou de la personne qui aurait dû les aimer le plus. Ce faisant, nous refusons d’être désensibilisés par des faits et des chiffres froids et nous sommes résolus à garder les noms et les souvenirs de ces femmes. Nous nous souvenons de Brenda Blainey, Mariam Kamara, Lucy Powell, Samantha Drummonds, Yasmin Begum, Sally Turner, Hina Bashir, Jillu Nash et sa fille de 12 ans Louise, pour ne citer que quelques-unes de celles qui ont été tuées cette année seulement. Et nous nous souvenons – parce que nous ne pouvons pas oublier – de toutes les autres femmes et filles qui sont mortes dans des circonstances tout aussi horribles. »

Belgaimage-54244704
Belga

« Ces femmes, tragiquement, ne peuvent plus parler pour elles-mêmes. Mais nous écoutons celles qui le peuvent. Mes conversations avec ces courageuses survivantes m’ont appris que ce qu’elles veulent avant tout, c’est être écoutées et crues, afin d’éviter que d’autres personnes ne subissent la même chose. Ils savent que leurs histoires ont un pouvoir et que, en les racontant, ils passent du statut de victimes de leur histoire à celui d’auteurs de leur propre avenir. J’ai entendu d’innombrables exemples de la façon dont les victimes sont devenues des vainqueurs, utilisant leurs expériences pour tendre la main à d’autres personnes afin qu’elles échappent aux abus. L’une de ces personnes, Vicky, a quitté une relation violente et son ex-partenaire a été envoyé en prison. Sachant ce que c’était que de vivre dans la peur permanente, elle a commencé à travailler pour la police, en soutenant les victimes et les témoins de crimes. Aujourd’hui, elle est conseillère indépendante en matière de violence domestique et dit d’elle-même : « Il y a une vie après la violence. J’en suis la preuve », poursuit l’épouse de Charles III.

En s’adressant aux victimes, Camilla déclare : « Mesdames et Messieurs, votre travail vital est, de la même manière, la preuve qu’il y a une vie après la violence. Vous êtes également la preuve que nous pouvons garder espoir alors que nous nous dirigeons vers notre objectif de mettre fin à la violence contre les femmes et les filles. Armés de cet espoir, continuons à avancer. Ne perdons pas cette précieuse occasion de nous exprimer et de galvaniser l’action qui permettra de mettre un terme définitif à ces crimes odieux. Avec de la détermination et du courage, nous réussirons. Merci. »

ISOPIX_26815676-003
Isopix

Retrouvez plus d'actualités sur www.soirmag.be et sur Facebook.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Royal

Voir plus d'articles

À la Une