Accueil Actu Soirmag

Bertrand Cantat, 20 ans après

Symbole de la violence faite aux femmes, le chanteur s’apprête à sortir un nouvel album. Mais l’ombre de Marie Trintignant, tombée sous ses coups, le poursuivra à jamais.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 5 min

C’était il y a vingt ans déjà. Cet été-là, Marie Trintignant est en tournage pour le téléfilm « Colette, une femme libre » à Vilnius, capitale de la Lituanie. Le film est réalisé par la mère de Marie, Nadine Trintignant, épouse de Jean-Louis, deux figures du cinéma français. Leur fille Marie, belle et délicate, est au sommet de son art. Mais cela va tourner à la tragédie. La nuit du 26 au 27 juillet 2003, une violente dispute éclate entre l’actrice française de 41 ans et son compagnon, Bertrand Cantat, 40 ans, le chanteur du groupe de rock Noir Désir. Les coups pleuvent. Marie tombe dans le coma. Rapatriée en France, elle y décède le 1er août dans une clinique de Neuilly-sur-Seine, d’un œdème au cerveau. Le dossier médical mentionne dix-neuf coups au visage (nez cassé, yeux tuméfiés) et au corps. L’enquête va montrer que Cantat a tardé à appeler les secours, et qu’il a voulu se suicider avec des médicaments après le drame. Arrêté à Vilnius, Cantat est jugé sur place en mars 2004.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs