Accueil Jacques Pradel raconte

Jim Jones et le Temple du Peuple (2/2)

Acculé de toutes parts, le gourou va organiser l’impensable, un suicide collectif : 914 morts, dont 276 enfants !

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 7 min

En août 1977, traqué de toutes parts, Jim Jones se résout à quitter le territoire américain. Il fuit une campagne médiatique révélant ses multiples dérives et il est sous la menace d’une accusation d’escroquerie et de fraude fiscale. Le « pasteur » propose à ses disciples de le suivre au Guyana afin d’y bâtir la « Cité idéale », à l’image, disait-il, de ce que fut la création du Liberia au XIXe siècle par des abolitionnistes pour accueillir les esclaves noirs libérés. Pour les convaincre, Jones prétend également que cette région du monde serait la seule sur la planète à être épargnée par la prochaine apocalypse nucléaire. 1.200 d’entre eux vont décider de le suivre…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs