Accueil Jacques Pradel raconte

Béla Kiss:le monstre de Czinkota

Le « Landru hongrois » charmait puis exécutait ses conquêtes. Traqué, il a échappé à toutes les polices.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 7 min

En 1912, les habitants de Czinkota, petit bourg de campagne près de Budapest, voient arriver un couple en Torpedo rouge. Une voiture de luxe, qui éveille aussitôt la curiosité de la population… Au volant, un certain Béla Kiss, 40 ans, riche ferblantier, accompagné de sa femme Maria, une belle blonde de 25 ans. Le couple s’installe dans une des plus belles maisons du village et engage aussitôt une domestique âgée de 60 ans, Frau Kalman, qui fera aussi office de cuisinière. Apparemment, ce couple n’a aucun souci d’argent. De bonne compagnie, Béla Kiss fait rapidement la conquête des villageois, d’autant qu’il se montre généreux et aimable avec tout le monde. Les autorités locales voient son arrivée d’un bon œil, notamment Adolf Trauber, le garde champêtre, avec qui il se lie d’amitié. D’ailleurs, lorsque Kiss se rend chaque semaine à Budapest pour ses affaires, il demande à celui-ci de surveiller discrètement la villa, dans laquelle sa compagne Maria se trouve seule.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Jacques Pradel raconte

La belle de Pékin (1/2)

Digne d’un roman d’espionnage, cette histoire témoigne de l’incroyable raffinement d’un piège pervers mis au point par les services secrets chinois pour recruter une taupe au sein des services français.

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs