Accueil Actu Télé

«Complément d’enquête» sur Cyril Hanouna: ce qu’il faut en retenir

Pendant des semaines, Cyril Hanouna avait fait monter la polémique autour du « Complément d’enquête » réalisé sur lui et diffusé ce jeudi 30 novembre.

Temps de lecture: 3 min

Ce jeudi 30 novembre, les téléspectateurs de France 2 ont pu découvrir le nouveau numéro de « Complément d’enquête » qui suivait l’impressionnant parcours de Cyril Hanouna. L’animateur a réussi à faire monter la pression pendant des semaines avant sa diffusion, assurant d’abord être flatté de voir cette enquête avoir lieu. Cependant, il a rapidement changé d’avis et menacé de « faire péter » «  Complément d’enquête » par une contre-émission.

Mais de quoi parlait ce nouveau numéro hier soir ? De rien qui n’était pas déjà connu. Les téléspectateurs s’attendaient peut-être à des grands scandales mais le trublion du PAF en a été épargné... dans une certaine mesure. Cependant, il s’est bien fait épinglé pour ses menaces, son ego envahissant et ses grandes libertés face à l’éthique et la déontologie.

L’enquête a surtout été nourrie de témoignages anonymes. Les personnes interrogées assurent craindre des représailles et font des références à une secte, déclarant : « C’est le principe d’un gourou, il est très difficile de partir ». Le parcours de Cyril Hanouna est épluché, revenant sur ses 20 ans à l’écran jusqu’à la création de « Touche pas à mon poste ». L’émission est devenue une « machine à cash » impressionnante, enregistrant plus de 7,5 millions d’euros de recettes publicitaires en septembre dernier. La relation d’interdépendance entre l’animateur et Vincent Bolloré est mise en avant. L’enquête explique que les nombreux dérapages (plus d’une vingtaine de rappels et sanctions ont été émis par l’Arcom) sur le plateau de l’émission ne sont pas un souci pour le duo, du moment que le rendez-vous quotidien reste rentable.

À lire aussi : « Complément d’enquête » : les craintes de Cyril Hanouna

« Complément d’enquête » rappelle également les petits ennuis de l’animateur avec la justice puisqu’il devra se rendre devant les Prud’hommes le mois prochain pour avoir fait des montages concernant les contrats des marins travaillant sur ses yachts, qui perdent leurs droits au chômage.

Pour ce qui est de Cyril Hanouna lui-même, il est dépeint comme un homme sanguin, qui fait régner la terreur, ne s’encombrant pas des personnes qui pourraient ne pas être d’accord avec lui. Il doit toujours avoir le meilleur rôle dans son émission et pour cela, l’animateur scénarise à l’avance ses numéros jusqu’aux positions que doivent défendre ses chroniqueurs.

Enfin, pour ce qui est de l’éthique, l’équipe de « Touche pas à mon poste » a trouvé la parade : ils ne sont pas journalistes, ils ne sont donc pas obligés de s’embarrasser des règles d’éthique, normalement suivies rigoureusement. Ainsi, lorsque des « membres » de la Brav-M, qui se présentaient sur le plateau de « Touche pas à mon poste », demandaient l’anonymat, la production n’a pas eu aucune difficulté à revenir sur sa promesse et à donner leurs noms à l’IGPN, quelques jours après le passage à l’antenne.

Retrouvez plus d’actualités sur www.soirmag.be et sur Facebook.

Sur le même sujet

Aussi en Télé

Voir plus d'articles

À la Une