Accueil Actu Soirmag

Le selfie du rappeur Kaaris en prison met les surveillants pénitentiaires français en colère (vidéo)

L’administration pénitentiaire a retrouvé plusieurs portables dans les cellules des individus en question. Mais la situation pose un sérieux problème de sécurité.

Temps de lecture: 3 min

Les téléphones portables sont interdits dans la prison française de Fresnes. C’est un fait. Pourtant, la réalité semble tout autre. Dernière preuve en date, un selfie diffusé sur le compte Instagram @nikelebuzz ce vendredi 17 août et sur lequel on aperçoit, en second plan, le rappeur Kaaris.

Si les règles étaient respectées, le rappeur français ne pourrait aucunement apparaître sur les réseaux sociaux, lui qui est en détention provisoire depuis le 3 août et qui y restera jusqu’au 6 septembre – date de son procès – pour une bagarre qui a éclaté à l’aéroport parisien d’Orly. Une rixe qui l’opposait à une autre vedette du rap hexagonal, Booba.

Un précédent récent

Par ailleurs, ce n’est pas la seule diffusion d’images de Kaaris depuis qu’il est derrière les barreaux : le même jour, dans sa story, le compte Instagram en question proposait une vidéo du rappeur. Le 14 août, une autre prise de vue – légendée « Libérez Kaaris » – avait été publiée, sur Twitter cette fois, comme le note le Huffington Post. Jusque-là, la situation n’entraîne aucun problème grave, mis à part qu’être en possession d’un téléphone portable est une entrave au règlement de la prison.

Voir la vidéo sur mobile

Mais pour Cédric Boyer, surveillant au pénitencier de Fresnes qui confirme à franceinfo que les photos ont bien été prises « soit dans une cellule, soit dans une salle d’activités », la situation est problématique : « On ne va pas caricaturer parce que cela concerne Kaaris, mais les téléphones, il y en a énormément en détention qui entrent par les parloirs et divers trafics », estime le syndicaliste de Force ouvrière. Avant de pointer du doigt l’utilité de ces objets connectés dans les « évasions » et les différents « trafics ».

Un portable dans la cellule de Kaaris

Cédric Boyer souhaiterait, comme il l’explique à nos confrères de franceinfo, que des « moyens soient mis en place afin de pouvoir lutter contre les téléphones portables en détention ». Pour exemple, aucune fouille générale n’a été effectuée à Fresnes « depuis les années 2000 ». Il précise néanmoins que des fouilles ciblées peuvent avoir lieu.

Cela a par exemple été le cas dans l’affaire du selfie de Kaaris diffusé sur le web : « On a procédé à des fouilles dans les cellules et retrouvé des téléphones portables dans les deux cellules des individus en question [Kaaris et du détenu qui a pris le selfie] (…) Il y a une enquête qui sera mise en place par l’administration pénitentiaire ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une