Et si les femmes commençaient à draguer?

Edition numérique des abonnés

Depuis des millénaires, les hommes sont maîtres des jeux de l’amour. Ce sont eux qui dans notre société, draguent, font le premier pas, proposent de boire un café, offrent un verre, invitent à dîner, posent une main… ; les femmes se contentant souvent de leur faire comprendre par des regards et attitudes qu’elles sont intéressées. Aujourd’hui encore, n’apprend-on pas aux filles qu’elles ont le droit de dire « non » et doivent être consentantes avant de « se donner » à un homme, tel un cadeau… comme si c’était là leurs seuls rôles et responsabilités.

Mais en ces temps où les relations entre les sexes changent et les comportements tendent à plus d’égalité, pourquoi les femmes ne prendraient-elles pas les choses en main ? En cette époque post #MeToo où les femmes refusent le harcèlement et insistent sur la notion de consentement, pourquoi ne commenceraient-elles pas à draguer les hommes ? Assurément les deux sexes y gagneront ! Les premières pourront être rassurées de ne pas devoir attendre qu’on les drague et pourront être plus actives dans leur choix amoureux et les seconds seront libérés de toujours devoir faire le premier pas et risquer de se prendre un râteau.

Un petit livre « Osez… draguer un mec » se propose d’aider les femmes à aborder les hommes. L’auteure Flore Cherry y donne mille et un conseils aussi psys que pratiques. Même si elle opte pour le style management et vous propose de gérer votre personnalité et vos projets amoureux – ou tout simplement sexuels – comme une société commerciale, Flore est aussi nuancée que juste. Pas question de jouer à la biche en se montrant froide et distante, ni encore moins de manipuler l’autre ou de le dominer. La drague ici proposée a pour ambition d’entrer dans la relation que l’on désire en étant soi-même et en respectant l’autre. La séduction est ainsi soucieuse de la femme qu’on est, comme de la personne qu’on a en face de soi. C’est une drague à l’image de la femme de ce nouveau millénaire et des relations ! Et tous les conseils donnés, Flore Cherry les a glanés grâce à son job de journaliste sexo pour le magazine Union et de ses chroniques dans les émissions de Brigitte Lahaie et chez Wyylde, un site de rencontre libertine.

Edition numérique des abonnés

Flore Cherry, dans ce « Osez… draguer un mec », vous conseillez aux femmes de draguer ! C’est une conséquence des revendications égalitaires actuelles ?

Pourquoi les femmes ne prendraient-elles pas en main l’acte de séduction ? Pourquoi ne s’appropriaient-elles pas le terrain de la séduction ? Se faire draguer est agréable et ne demande pas d’efforts mais si on n’est pas contente de la façon dont les relations entre les hommes et les femmes se passent, si on n’aime pas être harcelée ou limitée à devoir donner son consentement, pourquoi ne pas draguer ?

Les hommes sont depuis longtemps considérés comme des chasseurs. Vous ne craignez pas qu’ils soient effrayés d’être dragués ?

Je crois au contraire qu’ils adorent se faire draguer. Tout le monde aime être le centre de l’attention. Si la drague est bien faite, si elle n’est pas agressive ou intrusive, je ne pense pas qu’ils vont perdre leurs moyens.

Qu’est-ce que bien draguer ?

Bien draguer, c’est s’intéresser à l’autre, à sa personnalité et ses besoins. Il s’agit de considérer l’autre comme un sujet et non comme un objet. On met en place une vraie relation humaine et on ne manipule pas, on ne ment pas sur ses ambitions ou sur qui on est. C’est important d’être soi-même et pour cela il vaut mieux savoir ce qu’on veut. Mais dans le petit guide, je parle aussi de courtoisie, de respect de l’autre, de politesse. C’est pour cela que j’ai pris l’image du magasin pour parler de la drague. Je propose de gérer la séduction comme une boutique : on veille à son propre intérêt tout en pensant à celui de l’autre pour qu’il revienne dans le magasin.

Vous parlez aussi d’enthousiasme dans la relation.

Je parle du « Fuck yes ! » qui signifie qu’il vaut mieux se lancer dans une histoire si la personne est enthousiaste et a envie de répondre « fuck yes » quand vous proposez de passer du temps ensemble. Il est aussi préférable que vous soyez enthousiaste. En fait les deux parties doivent l’être. Si vous devez envoyer dix messages ou passer plein de coups de fils pour avoir un rendez-vous, il vaut mieux laisser tomber. Surtout ne pas quémandez ! Et le conseil vaut pour tous les types de relation que vous désiriez le plan cul d’un soir comme une relation amoureuse stable.

On attend encore beaucoup des femmes qu’elles soignent leur apparence. Vous approuvez ?

À chacune de décider ! On peut draguer en étant négligée ou super-soignée. Chaque femme doit conscientiser l’image qu’elle veut donner d’elle-même et la façon dont elle a envie d’apparaître. C’est pareil pour les soins du corps, la lingerie ou l’épilation : il faut réfléchir et prendre conscience de ce que ce qu’on veut être.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes qui ne se trouvent pas belles ?

De se répéter inlassablement qu’elles le sont. Tout le monde a des atouts et des particularités qu’il faut mettre en évidence. Mais vous savez, il n’y a que 2 % des femmes qui se trouvent belles.

Coucher le premier soir ? Vous conseillez ou déconseillez ?

Encore une fois, chacune vit la sexualité comme elle l’entend mais je dirais qu’il vaut mieux éviter de voir le sexe comme une carotte pour accrocher l’autre. Il faut le vivre comme un cadeau que l’on se fait à soi-même.

Une femme qui drague ne risque-t-elle pas de se faire insulter et traiter de « salope » et « allumeuse » si par exemple elle met un terme à la drague quand elle se rend compte qu’elle ne veut plus revoir la personne ?

Je ne pense pas car il faut prendre soin de l’« après », de ce que j’appelle dans le guide « l’after care ». Il faut mettre un terme à une drague de façon respectueuse et se montrer désolée. C’est pas mal de rester disponible à l’autre s’il a envie de parler.

Y a-t-il des bons endroits pour draguer ?

Tout dépend de ce que vous voulez comme relation. Pour une histoire d’un soir, les bars et discothèque sont les lieux appropriés mais pour les relations stables, une étude de 2017 de l’Ifop a montré que les lieux de travail ou d’études (30 %) sont plus favorables, suivis par les soirées entre amis ou en famille (19 %). En fait il vaut mieux que la rencontre n’ait pas pour enjeu premier la séduction mais la rencontre avec l’autre.

Propos recueillis par Joëlle Smets

Edition numérique des abonnésOsez draguer un mec est publié aux éditions La Musardine, 170 p., 9 euros

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern