Le porno rend-il les hommes heureux?

Le porno rend-il les hommes heureux?

Diabolisé, blâmé, exécré, honni, le porno est souvent présenté comme l’ennemi même d’une vie sexuelle épanouie. À force de regarder du porno, les hommes – ce sont encore eux les clients majoritaires des sites offrant des vidéos pornographiques – seraient déçus du sexe avec leur partenaire qui n’a ni le physique, ni la lubricité des actrices. Ils ne retrouveraient pas la même excitation au lit que face à leur écran. Ils seraient insatisfaits de leur vie intime et divorceraient plus rapidement. De plus les jouissances masturbatoires vécues atténueraient le désir pour la personne qui partage leur vie et fragiliseraient l’excitation par rapport à ce partenaire.

Relativiser les effets du porno

Mais qu’en est – il finalement ? Visionner des images nuit-il aux relations sexuelles avec une ou un partenaire ? Les opinions de spécialistes, sexologues, sociologues et autres psychologues, abondent sur le sujet et divergent en fonction des valeurs morales de chacun. Il est dès lors intéressant de se pencher sur les études scientifiques. Elles sont nombreuses à confirmer les effets négatifs du porno sur la vie relationnelle et sexuelle.

Cependant une dernière étude menée par l’Université James Cook en Australie et intitulée « Pornographie, préférence pour le sexe évoquant le porno, la masturbation et la satisfaction sexuelle et relationnelle des hommes » (1) remet en doute les propos accusant la pornographie de compromettre la satisfaction sexuelle des hommes adultes qui à force de mater des vidéos pornos les préfèrent à la réalité sexuelle. Parue en mars dernier dans le Journal of the international association for relationship research, elle ne nie pas que le visionnage de telles images a un impact sur la sexualité humaine et masculine en particulier. Il doit cependant être relativisé. Les effets du porno sont d’autant plus importants que la quantité de vidéos vues est élevée. Plus on regarde de telles images, plus l’impact est fort. La préférence pour une sexualité de type pornographique augmente : à force de voir et s’exciter devant une scène x, on a envie de la reproduire et la tester en vrai. De même regarder du porno augmente la masturbation ; le tout engendrant un sentiment d’insatisfaction par rapport à la vie sexuelle.

Mais dans quelle mesure sait-on si ce sont les films qui sont à l’origine d’un tel vécu. N’est-ce pas plutôt l’inverse ? On est insatisfait de sa vie sexuelle et consomme dès lors de telles images… « Il est possible que l’utilisation de la pornographie provoque une augmentation de la masturbation, ce qui provoque ensuite un mécontentement sexuel. Mais il est également possible que l’insatisfaction sexuelle provoque la masturbation, ce qui incite ensuite les personnes à rechercher de la pornographie », a déclaré au magazine PsyPost Dan J. Miller du département psychologie de l’Université James Cook, l’auteur principal de l’étude.

Envie de reproduire ce qu’on a vu

La recherche australienne menée auprès de 661 hommes confirme bien que le porno exerce une réelle influence. Tout comme elle avalise le fait qu’elle augmente la masturbation. Mais elle met en évidence que dans certains cas, la répercussion peut être perçue comme positive et participer à la satisfaction sexuelle ! Les hommes ont envie de reproduire ce qu’ils ont vu dans les films mais sans vivre cela comme négatif.

« Bien que l’utilisation de la pornographie soit associée à un plus grand désir de s’engager dans les types de pratiques sexuelles couramment décrites dans la pornographie, cela n’a pas été associé à une insatisfaction sexuelle », a commenté Dan J. Miller de l’Université James Cook. « En fait, la recherche suggère provisoirement que l’utilisation de la pornographie pourrait avoir un effet positif sur la satisfaction sexuelle ».

Rapports sexuels plus variés

Comment le porno peut-il participer à cette impression ? Tout simplement en promouvant la variété sexuelle et donnant des idées de positions sexuelles, jeux, lieux autres que ceux qui sont généralement pratiqués.

Voilà sans doute une étude intéressante qui montre que les généralisations sont toujours dangereuses et que la diabolisation systématique de la pornographie est trop simpliste. Le porno a une influence réelle mais elle est diverse et variée mais pour peu qu’un adulte - on ne parle pas des ados ! ! - le consomme avec modération et avec conscience de ses dangers, il peut avoir des effets positifs.

Et cette étude n’est pas la seule à aller dans ce sens. Il y a quelques années déjà, le même Dan Miller avait déjà mené un travail (2) sur les effets de la pornographie qui arrivait également à cette conclusion. Les 312 hommes échantillonnés avaient indiqué que la consommation de pornographie avait eu un effet nettement plus positif que négatif sur leur vie sexuelle, leurs connaissances en la matière, leurs perceptions et attitudes envers le sexe opposé et même leur vie en général…

« Cela vaut la peine d’étudier les éventuels effets négatifs de l’utilisation de pornographie sur ses utilisateurs mais nous devons également garder à l’esprit que la plupart d’entre eux pensent que leur utilisation de pornographie a eu une influence bénigne ou positive sur leur vie, »  a conclu le chercheur.

(1).« Pornographie, préférence pour le sexe pornographique, la masturbation et la satisfaction sexuelle et relationnelle des hommes » : étude réalisée par Dan J. Miller, Kerry A. McBain, Wendy W. Li et Peter T. F. Raggatt., publiée en mars 2019 dans Journal of the international association for relationship research (2).« Effets auto-évalués de la consommation pornographique des hommes hétérosexuels » : étude de Dan J. Miller, Hald, Gert Martin, and Kidd, Garry, publiée en mai 2017 dans Psychology and cognitive Sciences of Men & Masculinity

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern