3 hommes sur 4 préfèrent être dragués

3 hommes sur 4 préfèrent être dragués
shutterstock

Longtemps en matière de séduction, l’initiative fut réservée aux hommes. Le premier pas était l’affaire des mâles dominants qui choisissaient celle qu’ils allaient approcher et peut-être « honorer ». La démarche était réservée aux mâles entreprenants et agissants. Séduire était synonyme de conquérir. Mais cette conquête masculine millénaire fut balayée ces dernières décennies par les revendications égalitaires.

Aujourd’hui pourtant l’égalité n’est pas au rendez-vous. Elle progresse mais souvent encore, trop souvent, ce sont les hommes qui prennent l’initiative en la matière et qui doivent la prendre. Nombre en souffrent, craignent les refus et la fragilisation qu’ils entraînent, ne veulent plus de ces stéréotypes qui les enferment dans les rôles de décideur et de personnalité agissante et décidante. Bien des hommes disent qu’ils redoutent cette initiative qui traditionnellement leur est attribuée. Sur le compte instagram « tu bandes » fort de 154.000 abonnés, nombreux sont les témoignages d’hommes qui disent leurs souffrances de mâles obligés d’assurer et de performer. Tous veulent déconstruire les stéréotypes de genre en matière de sexualité.

Changement de codes

Une enquête menée par Deserve Mi confirme cette tendance de changement des codes de séduction. L’application de rencontres a interrogé en ce début d’année plus de 1000 utilisateurs de 3 tranches d’âges (18-25 ; 25-45 ; 45+) sur leurs habitudes de séduction et les résultats sont plutôt encourageants :

3 hommes sur 4 préfèrent se laisser séduire !

1 femme sur 2 préfère participer à la séduction !

Sans doute l’échantillon des personnes interrogées n’est-il pas représentatif de la population car il s’agit de personnes inscrites sur ce site qui veut réinventer les règles du jeu pour les rencontres amoureuses et propose une approche non traditionnelle mais ludique. Mais aussi peu scientifique que soit l’enquête, on ne boudera pas le plaisir de constater que les initiatives dans les jeux de séduction peuvent être partagées, que tant d’hommes apprécient de se laisser draguer, d’être donc plus « passifs » et que la moitié des femmes apprécient d’être plus « actives ».

Des motivations narcissiques

Cependant au vu des motivations, on découvre que le souci égalitaire n’est pas vraiment présent. Ces messieurs expliquent leur préférence d’être dragués pour les raisons suivantes :

Ne plus se prendre de râteaux (50 %)

Ça flatte leur ego masculin (30 %)

C’est plus direct et compréhensif, on sait à quoi s’attendre (20 %)

C’est leur orgueil masculin qui explique ces changements de code… De plus, on reste dubitative par rapport à la dernière explication : ils trouvent qu’une femme qui drague, c’est plus direct ? plus compréhensif ? on sait à quoi s’attendre ? Que comprennent-ils ? Qu’attendent-ils ? Du sexe ? Sans doute de telles arguements sont-ils portée par des visions traditionnelles et conservatrices des femmes : celles qui prennent l’initiative dans les jeux de séduction veulent d’emblée coucher, avoir des relations sexuelles… Un raccourci aussi faux qui empêche certaines de prendre l’initiative. Combien de jeunes femmes ne confient-elles pas qu’elles refusent de proposer des rendez-vous sur les sites de rencontre car elles craignent d’être mal comprises, elles redoutent que les hommes pensent qu’elles sont des filles faciles et qu’elles proposent un rendez-vous parce qu’elles veulent coucher, avoir une relation sexuelle. Pourtant il serait temps que les femmes puissent draguer sans être jugées et condamnées, en pouvant dire « non » à tout moment, même si elles ont initié la rencontre.

Mais on laisse le mot (positif) de la fin à Benjamin Orion, fondateur de Deserve Mi qui commente les résultats de son étude : « Mais une fois encore, un changement issu de notre société connectée s’est opéré. Les femmes ont le pouvoir, c’est indéniable, nous sommes dans une société à énergie féminine et c’est merveilleux sachant que les femmes il y a même pas 50 ans devaient suivre l’étiquette, un livret de bonne conduite avec leur mari. Désormais, elle peut choisir, elle est au centre de la séduction et ses souhaits sont les souhaits des hommes qu’elle rencontrera, si elle le veut. Alors, les hommes, de peur de prendre des râteaux, ou par envie de connaître la personnalité affirmée de la femme, ou encore pour flatter leur égo, se font désormais prince de leurs prétendantes. Un changement qui modifie les codes de la séduction pour permettre à tous de se rencontrer selon leurs envies. »

www.deservemi.com

Sur le même sujet
PolitiqueSexualité
 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.