Rififi à la Star Academy: Georges-Alain balance que «tout était truqué», d’autres démentent

BelgaImage
BelgaImage

Qui ne se souvient pas de son naufrage, en direct sur TF1, lors de son interprétation du tube du groupe Las Ketchup ? Pour le plaisir que provoque ce malaise télévisuel, en voici la vidéo, juste ici plus bas. Toujours est-il que Georges-Alain Jones a marqué la saison 2 de la « Star Academy », diffusée du mois d’août au mois de décembre 2002. Et malgré tout, le candidat avait atteint la demi-finale de cette édition remportée par Nolwenn Leroy.

Ce mardi 18 février, celui qui n’a pas entièrement quitté l’univers musical et qui commente, en parallèle, le sport depuis quelques années a accordé une interview au Parisien. Et il ne mâche pas ses mots à propos de l’émission culte de TF1 présentée à l’époque par Nikos Aliagas. Loin des projecteurs de l’époque et près de 18 ans plus tard, Georges-Alain Jones attaque :

« Maintenant, je peux l’avouer, tout était truqué. J’avais découvert que c’est moi et Emma Daumas qui devions aller en finale. C’était décidé avant même l’émission. J’ai pété les plombs et les producteurs ont organisé mon élimination en demi-finale, car je les menaçais de tout balancer. Mon problème, c’est que j’étais plus vieux que les autres candidats et que j’avais compris les rouages ».

« Il faut arrêter de cracher dans la soupe »

Cette déclaration a fait l’effet d’une petite bombe à la télévision française et sur le net. Rapidement, d’autres voix issues du programme se sont élevées pour démentir les propos tenus par Georges-Alain. À commencer par le finaliste de ce deuxième opus, Houcine. Sur le plateau de Touche pas à mon poste, il a remis en cause les accusations de son ancien partenaire de jeu :

« Je trouve ça dingue parce que moi je ne l’ai pas ressenti, pas du tout ! »

Houcine assure faire une entière confiance au concept « du vote du public » et pointe, sur Twitter, un programme qui « a changé sa vie » et « révolutionné la télévision de l’époque », comme l’épingle le Huffington Post. Un autre s’est montré moins tendre envers Georges-Alain. Il s’agit du provocateur Jean-Pascal Lacoste. L’agitateur a frappé, joint au téléphone par Cyril Hanouna : « On ne peut pas dire des conneries pareilles, ce n’est pas truqué, il faut arrêter de cracher dans la soupe ».

Le journaliste défend Georges-Alain

Celui qui s’est reconverti en acteur pointe, chez Georges-Alain, une « recherche de notoriété », excluant tout « magouille » à la Star Academy. Nathalie André, directrice du télécrochet dès 2003, s’est aussi livrée sur Twitter après la sortie médiatique de Georges-Alain dans Le Parisien. Elle soupçonne aussi « un manque de notoriété » et tacle :

« Pourtant avec ta voix, tu aurais dû gagner ?!! En attendant, sans la Star Academy, tu serais encore chez toi et non à C+. Ce qui était ‘truqué’… c’est sûr, c’est qu’Elton John ne voulait pas chanter avec toi ! »

Face à toutes ses attaques, le journaliste du quotidien français qui a réalisé l’interview note : « À ceux qui disent qu’il était ‘en mal de pub’ : c’est moi qui le contactais depuis des semaines pour ce papier ». Émission truquée ou pas, difficile à dire, dès lors. Ce qui est sûr, c’est que Georges-Alain ne s’est pas fait de nouveaux amis dans cette histoire. La Star Academy, intouchable objet télé ?

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern