Jean-Luc Reichmann s’exprime sur sa retraite

Jean-Luc Reichmann s’exprime sur sa retraite
BelgaImage

C’est un véritable hyperactif ! Animateur des « 12 coups de midi », acteur à la télévision dans « Léo Matteï » et au théâtre dans « Nuit d’ivresse » sans compter les activités subsidiaires qui en découlent… Jean-Luc Reichmann a fort à faire. Les journalistes de « La Provence » se sont donc posé une question : vu qu’il aura 60 ans le 2 novembre prochain, serait-il temps pour lui de prendre sa retraite ?

« Je n’ai jamais rien caché aux téléspectateurs »

Une déclaration de l’intéressé a dû leur mettre la puce à l’oreille. En décembre 2019, celui-ci se confiait à « Femme actuelle » en disant : « je n’ai rien prévu pour mes 60 ans. Je pense que je vais faire quelque chose. Généralement, je fête mes anniversaires tous les cinq ans. Comme la dernière fois que je l’ai fêté, c’était à 55 ans… A chaque fois, je fais des choses un peu extraordinaires qui rassemblent les copains et la famille ».

Est-ce que pour les 60 ans, ce serait le début de la fin de sa carrière ? Loin d’éviter la question, Jean-Luc Reichmann a donc répondu clairement à « La Provence » : c’est non ! « J’essaie toujours de tout donner dans mes émissions pour que ce soit le plus beau rendez-vous possible. Je n’ai jamais rien caché aux téléspectateurs et ils me le rendent tellement ! Si vous voyez les sourires qui se profilent quand j’arrive ! Cela me nourrit, car je suis toujours à 200 % pour bien faire les choses. J’aime aller vers des horizons que je ne connais pas et me ménager aussi des portes ouvertes », dit-il.

Outre cette question-là, l’animateur a aussi été invité à revenir sur l’affaire Christian Quesada, où un candidat des « Douze coups de midi » a été mis en examen pour pédopornographie et corruption de mineurs. « J'ai été touché de plein fouet professionnellement comme vous l'avez su, personnellement obligatoirement ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern