«Nous avons tous en nous un don potentiel de voyance»

M. Golinvaux
M. Golinvaux

Cet article est normalement réservé à nos abonnés. Découvrez-le en accès gratuit exceptionnel. Pour bénéficier d’un accès permanent à tous les articles du Soirmag, abonnez-vous (1 euro le premier mois, 5 euros ensuite).

À tout juste 50 ans, Nickyie Pommier, de Rhode-Saint-Genèse, exerce en tant que voyante, tarologue et énergéticienne depuis une dizaine d’années. Pourtant, au départ, ses études en diététique sportive ne la destinaient pas aux arts divinatoires. Si elle aimait le côté intellectuel de son métier de diététicienne, elle a fini par se lasser des sempiternelles plaintes de patients qui se lamentaient de ne pas arriver à maigrir… tout en ne faisant rien pour y arriver. Elle se dirige finalement vers les salles de sport en devenant coach sportive. Tout s’enchaîne alors. Gâtée par la nature et grâce à un physique avantageux, la jeune femme est élue « Miss Fitness » puis devient mannequin et travaille notamment aux côtés de personnalités telles que Plastic Bertrand et Renaud Rutten. « Mais à partir d’un certain âge, on ne peut plus rester mannequin, ce n’est pas un métier que l’on fait durant toute sa vie », nous explique Nickyie avec un sourire.

Au décès de sa maman en 2004, elle décide d’opérer un changement radical dans sa carrière, pour s’orienter vers les arts divinatoires, qui lui sont familiers. En effet, plusieurs personnes de son entourage manipulent les cartes de tarot et d’oracles. Si Nickyie s’y est mise progressivement, c’est au départ de manière ludique, en considérant cette activité comme un hobby. Pourtant, une personne va lui faire changer sa manière de voir les choses : Yetti, la sœur de Plastic Bertrand ! Sophrologue, elle va provoquer un déclic chez Nickyie et lui faire comprendre qu’elle peut aider des gens grâce à ses dons et à sa passion, qui est devenue une vraie philosophie de vie. « Détenir le futur d’une personne entre ses mains est effrayant au début, mais grâce à la sœur de Plastic, j’ai franchi un cap. Elle m’en a donné l’audace », indique-t-elle, reconnaissante. Pour répondre de la meilleure manière possible aux attentes de ses « consultants » – Nickyie n’aime pas utiliser le mot « patient », qui induit la maladie, ni le terme « clientèle », qui évoque uniquement l’argent – elle s’est formée à différentes techniques : psychanalyse, sophrologie, hypnose, yoga… en plus du maniement des cartes. « C’est pourquoi je me considère comme une énergéticienne, car je combine plusieurs thérapies et techniques, en fonction de ce que la personne venue me consulter recherche », explique-t-elle.

M. Golinvaux
M. Golinvaux

« On devrait enseigner les arts divinatoires à l’école »

Bien que certains soient (très) sceptiques, Nickyie affirme posséder certains « dons » de voyance, grâce à un sens intuitif développé. « Nous avons tous en nous un don potentiel de voyance, plus exacerbé chez certaines personnes, que nous utilisons parfois même sans nous en rendre compte. » Et pour la jeune quinquagénaire, l’explication est à trouver dans notre enfance. « Quand on naît, on ne parle pas, on émet juste des sons. Et pour communiquer avec nos parents, on agit de manière intuitive. Mais dès qu’on se met à parler, on perd ce potentiel intuitif car la parole est considérée comme “supérieure”. Pourtant, l’intuition apporte beaucoup. Qu’on y croie ou pas, on a tous ce don en nous et il est possible de le développer. Mais la plupart des gens ne le font pas », précise Nickyie.

Si l’on apprend l’écriture, la lecture, l’économie, les mathématiques et différentes formes d’art à l’école, il serait aussi intéressant d’enseigner les arts divinatoires. « La lecture des cartes de tarot ou d’oracles se fait un peu de la même manière qu’une traduction de langue étrangère », compare-t-elle. Et pour développer ses propres capacités, au-delà du fait d’apprendre à s’écouter, il existe certains « aidants », comme la « nourriture intuitive », qui favorise cette faculté. Ce sont des aliments tels que les fruits frais, les légumes à feuilles vertes, les graines germées, les épices, les légumineuses, les graines, les noix, les algues… La viande est à éviter. « Tout ce qui oxyde l’organisme est mauvais pour la santé. On tue son corps et ses facultés en mangeant de la viande. De nombreuses études prouvent qu’elle détruit notre organisme », explique une Nickyie convaincue par les bienfaits du végétarisme, qu’elle applique elle-même.

M. Golinvaux

Les gens du groupe sanguin A- sont doués pour la voyance

Une particularité liée au groupe sanguin pourrait également expliquer les dons de voyances d’une partie de la population. « Il existe pour l’instant peu d’écrits en français, mais différentes études en anglais démontrent que les gens qui sont du groupe sanguin A- ont une faculté intuitive et une sensibilité supérieures aux autres. Des personnalités publiques telles que Johnny Depp, Obama, Shakira, Paul McCartney ou encore Leonardo DiCaprio sont A-. Cela peut paraître prétentieux, mais pour certains, ces gens seraient inclônables car leurs gènes seraient différents », expose Nickyie, elle-même appartenant à ce groupe sanguin.

Pour exercer ses talents de voyance à Rhode-Saint-Genèse ou en ligne sur www.spiriteo.com, la cartomancienne utilise comme base le tarot de Marseille, grâce auquel elle interroge la lignée du travail, de l’argent, de la santé émotionnelle et de la situation affective. Ensuite, en fonction des demandes et des questions posées, elle approfondit avec d’autres tarots ou oracles, si la personne est réceptive. « Une pensée est une énergie et il a été prouvé que le positif entraîne le positif. C’est déjà arrivé que certaines personnes viennent juste pour me tester, mais c’est une perte de temps incroyable car les énergies négatives ralentissent le processus. »

Pour Nickyie, la croyance ou non en la voyance dépend des cultures, de l’entourage et de l’éducation. Les croyants et les superstitieux sont par exemple plus sensibles aux cartes, contrairement aux athées. Consulter une voyante est encore pour beaucoup une démarche taboue, à cacher. « Beaucoup s’imaginent que cela démontre qu’ils sont malades ou qu’ils ne vont pas bien. Pourtant, c’est une preuve d’intelligence que de désirer réaliser une introspection personnelle. Écoutez-vous et n’ayez pas peur de suivre vos intuitions », conclut Nickyie, passionnée, dans une ambiance tamisée aux senteurs d’encens.

 
  • Face au coronavirus, soutenons nos héros

    Le personnel médical est mobilisé pour faire face à la pandémie : ici un transfert de patient à l’hôpital liégeois MontLégia.

    Des centaines de personnes, dans les hôpitaux et ailleurs, se mobilisent pour vaincre l’épidémie qui frappe notre pays. Envoyez-leur vos messages de soutien via votre magazine.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern