Le roi de Thaïlande se confine dans un hôtel alpin avec un harem de 20 femmes

Le roi de Thaïlande se confine dans un hôtel alpin avec un harem de 20 femmes
BelgaImage

Alors qu’une bonne partie de l’humanité est confinée dans de modestes maisons, le roi de Thaïlande Rama X s’est retiré dans un tout autre décor. Non, il ne s’est pas installé dans un de ses magnifiques palais ou sur une des splendides îles tropicales de son pays. Lui préfère plutôt le froid alpin et a élu un hôtel de luxe bavarois pour son confinement. Les conditions de son installation n’ont pas manqué de faire parler.

Une vie de roi qui suscite des critiques inédites

On ne refuse rien à Rama X et même les interdits tombent face à lui. S’installer dans le Grand Hotel Sonnenbinchl, situé entre Munich et Innsbruck, semblait en effet a priori impossible. Tous les hôtels de la région étaient fermés à cause du Covid-19. Mais pour le roi de Thaïlande, l’hôtel a reçu une autorisation exceptionnelle pour ouvrir ses portes. Justification officielle : « les invités constituent un groupe unique et homogène de personnes sans aucune fluctuation ». Pour avoir droit à cette qualification, 119 personnes de son entourage ont été renvoyées au pays. Elles étaient considérées comme étant susceptibles d’avoir contracté le coronavirus.

Malgré l’amputation d’une bonne partie de son personnel, Rama X n’est toutefois pas tout seul. Il est accompagné en Bavière par son harem de 20 femmes et servantes, entièrement dévouées à lui. Le roi n’a cependant pas précisé si ses quatre épouses l’accompagnaient.

Pour de nombreux Thaïlandais soumis à l’état d’urgence contre le Covid-19, c’en est trop. Alors que toute critique du roi est considérée comme un crime de lèse-majesté pouvant aboutir sur 15 ans de prison, le hashtag « Pourquoi avons-nous besoin d’un roi  ? » a été partagé plus de 1,2 million de fois sur Twitter. Ce message représente un véritable désaveu pour un roi qui est loin d’être aussi apprécié que son père, Rama IX, décédé en 2016.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern