«The Voice France»: revivez la prestation d’Antoine Delie, le Belge qualifié après l’épreuve des «K.O.» (vidéo)

Capture d’écran - Youtube
Capture d’écran - Youtube

Antoine Delie s’attaque à un classique et il le sait. Pas question pour autant de faire du Charles Aznavour sur du Charles Aznavour. Le Belge, originaire de Baudour, imprime son style sur le tube « Comme ils disent ». Et ça marche puisque cette prestation lors des « K.O. » lui permet de décrocher sa place pour la suite du programme qui devrait, si les conditions sanitaires le permettent en raison du coronavirus, se dérouler en direct. Le tournage live est prévu pour dans quatre semaines.

>Comment Koh-Lanta est devenu le rendez-vous confinement des fans de sport en manque de compétitions?

Mais ne boudons pour le moment pas notre plaisir de voir le Wallon de 23 ans briller sur le programme de TF1. Et ce n’est pas son coach Marc Lavoine qui dira le contraire, lui qui a qualifié son talent pour la suite de la compétition avant même que ne résonnent les ultimes notes de la chanson. « J’ai rarement vu quelqu’un qui m’étonne autant. Je l’appelle E.T. parce que tu as le sens du sentiment et puis tu as dans la voix quelque chose de miraculeux. Je suis très fier de ce que tu fais et tu es quelqu’un que j’estime énormément. C’est pour ça que je crois que ta place est au Palais des Sports », dit le chanteur français en évoquant l’endroit où devrait être tournée la suite de « The Voice : la plus belle voix ».

Faire passer un message de respect et de tolérance

À nos confrères de L’Avenir, Antoine Delie est revenu sur les mots de son coach : « Cela a été un moment très émouvant… (…) Le fait que Marc Lavoine appuie sur le buzzer a multiplié mon émotion à la puissance 1000. Il m’avait déjà fait des compliments énormes lors du coaching sur le plateau, et là, ce qu’il m’a dit, c’était juste dingue ». Si l’enregistrement du « K.O. » en question commence à dater, l’émotion demeure intacte pour le Belge, qui n’espère qu’une chose : pouvoir chanteur en direct à la télé dans la salle du Palais des sports, pouvant contenir 4.600 places.

En attendant, il répète la chanson qui a été choisie, mais dont il préfère taire le nom. Et visiblement, Marc Lavoine est très présent puisqu’il appelle régulièrement Antoine Delie pour savoir si tout roule : « Il est exceptionnel », lance le talent qui revient aussi, toujours pour L’Avenir, sur le message qu’il a passé au public avec la chanson « Comme ils disent », interprétée ce samedi 4 avril sur TF1 :

« J’avais envie de me mettre à nu, d’être moi-même à 100 %, de me livrer… (…) (Mais) le but premier, c’est de surtout faire passer un message de respect, de tolérance et surtout de dire à ceux qui regardent l’émission et qui peuvent se sentir rejetés ou jugés – que ce soit pour leur sexualité, leur couleur de peau ou leur religion – de ne pas écouter ces jugements. (…) Je crois que les gens l’ont bien compris… Mais vraiment, mon but n’est pas de dire ‘Bonjour, je m’appelle Antoine et je fais mon coming out sur TF1’. Je ne veux surtout pas faire la Une avec ça. Mon but est de faire passer un message positif ».

 
  • Le tueur n’a laissé aucune chance à Xavier Baligant. «
Malchance
» ou assassinat
?

    Meurtre de Xavier Baligant: un mystérieux SMS pour résoudre ce cold case?

    Été 2011 : Xavier Baligant est tué sur une aire d’autoroute française. Depuis, les enquêteurs font chou blanc. L’avocat de la famille demande une nouvelle expertise du téléphone de la victime, le dernier message reçu pouvant être un rendez-vous avec son meurtrier.

  • Même soutenu par Barack Obama, Joe Biden n’enflamme pas les foules américaines... mais les rassure.

    Joe Biden: nouveau cap pour l’Amérique?

    En tête dans les sondages, le candidat démocrate semble bien placé à 90 jours de l’élection présidentielle du 3 novembre. Plus posé mais aussi plus fade que Donald Trump.

  • OUVERTURE 20200707 Frou-frou Seine-4853

    Christine Bravo: «Ma vie au fil de l’eau»

    Christine Bravo se raconte au fil de l’eau, à bord du « Frou-Frou », un bateau qu’elle a rénové et sur lequel elle organise des croisières thématiques. De nos envoyées spéciales à Paris, Sophie Lagesse (texte) et Ingrid Otto (photos).

Signé duBus
Signé Stéphane Bern