Un zoo allemand pourrait sacrifier une partie de ses animaux pour nourrir les autres

Un zoo allemand pourrait sacrifier une partie de ses animaux pour nourrir les autres
BelgaImage

Les parcs zoologiques se font fiers de jouer un rôle dans la préservation d’espèces animales. Mais à Neumünster, en Allemagne, le zoo semble à mille lieues d’avoir cette préoccupation au sommet de sa liste de priorités. En effet, pour supporter les pertes dues au confinement, estimées à près de 175.000€, la directrice a évoqué une piste de réflexion pour le moins choc : tuer certains des animaux du parc pour assurer la survie de leurs colocataires !

Une menace de plus en plus pregnante

L’histoire est rapportée par le journal allemand « Die Welt » et par la BBC. Le zoo de Neumünster abrite plus de 700 animaux d’une centaine d’espèces différentes. Mais alors que l’absence de visiteurs se fait de plus en plus dure à supporter financièrement, il devient difficile de nourrir certains d’entre eux.

« Si, et c'est vraiment dans le pire des cas, je n'ai plus d'argent pour acheter de la nourriture, ou si mon fournisseur venait à ne plus être capable de nous livrer à cause des nouvelles restrictions, alors je serai obligée de tuer des animaux pour en nourrir d’autres », explique la directrice Verena Kaspari à l’agence de presse DPA. Parmi les espèces menacées, on compte les phoques et les pingouins, particulièrement gourmands en poissons. Certains seraient euthanasiés, à défaut de pouvoir servir de garde-manger.

L’Association allemande des parcs zoologiques (VdZ) interpelle le gouvernement pour qu’une aide de 100 millions d’euros leur soit débloquée. Pour l’instant, le zoo de Neumünster dit n’avoir droit à aucun soutien. « Une possible perte de cette population animale serait un revers amer pour notre lutte de sauvegarde de la biodiversité et serait une véritable catastrophe », alerte le président de la VdZ, Jörg Junhold dans un communiqué. Un appel aux dons a été lancé pour soutenir le zoo de Neumünster mais pour l’instant, sur l’objectif de 200.000€ visé, seuls 775€ ont été récoltés.

 
  • Il y a 80 ans: la Belgique occupée

    Les soldats de la Wehrmacht hissent le drapeau nazi sur le toit du château royal de Laeken.

    Après la campagne des 18 jours, notre pays est envahi par l’armée allemande. D’abord effrayée, la population se fait peu à peu à l’idée d’intégrer un Reich censé durer 1.000 ans... Et ne manquez pas la suite de notre série : le 7 octobre, la Résistance. Le 15 octobre, la Collaboration.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern