Éliminé, Sam soigne sa sortie: «Je suis venu à Koh-Lanta pour gagner des totems, pas des followers…»

Capture d’écran - Twitter
Capture d’écran - Twitter

Sam a dit adieu à son rêve. « Koh-Lanta », c’est fini pour « Le Petit Prince » de l’émission qui paie un manque d’investissement dans le côté social de l’émission de TF1 et, probablement, une force redoutée par les autres aventuriers dans les épreuves. Sonné, le jeune homme a fini l’émission de ce vendredi 24 avril en larmes au moment de constater les dégâts. Si les internautes ont pris sa défense et se sont montrés scandalisés par cette élimination, Sam, lui, fait le tour des médias pour livrer son analyse.

>«Koh-Lanta»: l’élimination du «Petit Prince» de l’émission de TF1 scandalise les internautes

Il l’assure à qui veut l’entendre, il a « digéré son élimination », même si ça a mis du temps. Là où il s’en veut le plus finalement, c’est d’avoir perdu cette dernière épreuve d’immunité dans laquelle il se voyait comme l’immense favori. « Cela m’aurait permis de m’assurer pour la suite de la compétition. Je n’en veux absolument à aucun candidat. C’était normal d’éliminer des gens dans l’aventure. C’est la dure loi de ‘Koh-Lanta’ », dit-il à Sudpresse.

« Je suis beaucoup plus jovial dans la vie de tous les jours »

Sam se savait « sur un siège éjectable ». La faute à plusieurs facteurs, selon lui. « Je n’étais pas dans la stratégie », raconte-t-il à 20 Minutes. L’aventurier de 19 ans avait envie « de gagner un maximum d’épreuves et de protéger les héros, de ne pas les éliminer ». Rajoutez à cela le fait « de ne pas avoir été trop sociable avec les autres », et le cocktail d’élimination est d’ores et déjà servi. « J’ai pu parfois être maladroit dans mes propos, mais je ne sais pas faire semblant. L’exigence fait partie de mon éducation. Dans le jeu, je ne voulais surtout pas montrer mes émotions, en réalité je ne suis pas aussi dur que ça », dit-il à Télé 7 Jours.

>Comment Koh-Lanta est devenu le rendez-vous confinement des fans de sport en manque de compétitions?

Pour autant Sam, s’il se reconnaît un naturel « timide », nie être l’homme renfermé que l’émission de « Koh-Lanta » présente. « Dans la vie de tous les jours je suis beaucoup plus jovial. Mais à Koh-Lanta, on ne peut pas faire confiance aux autres tant qu’on ne les connaît pas. Certains me disaient d’être plus sociable, mais c’était surtout un prétexte. Parce que même en m’ouvrant, en racontant ma vie, en faisant semblant de m’intéresser aux autres, je ne pense pas que ça aurait changé grand-chose sur l’issue de mon aventure », dit au média français celui qui, si c’était à refaire, irait tout de même plus vers les autres aventuriers sans pour autant être « fourbe ». « Un profil à la Téhéiura », en somme.

« Mon départ arrangeait tout le monde, même Claude et Téhéiura »

Sam, c’est aussi une préparation hors du commun pour l’émission. Il en a étudié toutes les facettes au fil des « Koh-Lanta » avalés en tant que téléspectateur. « À Koh-Lanta, il n’y a pas de place pour l’improvisation. Je ne voulais pas arriver en étant complètement perdu donc j’ai appris les bases de la survie comme, faire du feu. Étant fan de l’émission, je me suis aussi préparé en vue des épreuves phares, telles le tir à l’arc », explique-t-il du côté de Télé 7 Jours.

>Denis Brogniart a une technique infaillible pour perturber les candidats de Koh-Lanta

Le jeune Sam affirme que cette aventure ne l’a pas changé foncièrement mais n’a fait que confirmer son attrait pour la survie, l’aventure et la découverte de nouvelles cultures. S’il a hâte que le confinement soit terminé pour retourner prendre le pouls de la forêt, il aspire aussi à reprendre ses études le plus rapidement possible. Le jeune homme a la tête sur les épaules. Et il n’oublie pas non plus son franc-parler, convaincu que son départ a fini par arranger tout le monde :

« Honnêtement, cela arrangeait tout le monde de me voir sortir, même Claude et Téhéiura ! Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils avaient peur de moi, mais il y avait peut-être un peu de jalousie ».

Sans oublier une petite critique à d’autres compagnons d’aventure très présents sur les réseaux sociaux :

« Je suis venu à Koh-Lanta pour gagner des totems, pas pour gagner des followers… Je trouve cela triste, d’être braqué en permanence sur son téléphone. Maintenant, je reprends le cours de ma vie en retournant à l’anonymat ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern