Aux USA, du masque troué pour «mieux respirer» à la cagoule anti-Covid du Ku Klux Klan (vidéo)

Aux USA, du masque troué pour «mieux respirer» à la cagoule anti-Covid du Ku Klux Klan (vidéo)
Capture d’écran Twitter

Il n’en croyait pas ses yeux ! Alors qu’il travaillait comme d’habitude dans une station-service du Kentucky, l’employé voit arriver au comptoir une cliente pour le moins spéciale. Manifestement, elle voulait suivre les recommandations sanitaires qui demandent de porter un masque pour se protéger du coronavirus. Mais un détail ne colle pas. Au milieu du masque, au niveau de la bouche, le masque est… troué.

« Choqué » !

Interloqué par cette femme, l’employé lui a demandé pourquoi elle se baladait avec une telle « protection ». Sans sembler perturbée par la question, elle lui a répondu simplement : « Depuis qu'on est obligé de porter un masque, j'ai du mal à respirer, comme cela c'est beaucoup plus facile pour respirer », dit-elle avant de partir. La scène, filmée par son interlocuteur, a fait beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux, les internautes se demandant comment elle peut croire qu’elle soit encore protégée du Covid-19 de cette façon.

Autre exemple, dans un autre style, d’utilisation d’un masque pour le moins insolite mais tout aussi choquant : celui du Ku Klux Klan. Près de San Diego, à Santee en Californie, un homme s’est présenté dans un supermarché paré d’une telle « protection ». Tranquillement, celui-ci passe de rayon en rayon, ne se souciant guère des regards des autres clients choqués par ce signe raciste. L’une des personnes présentes, se disant « écœurée », a filmé la scène et l’homme en question a dû retirer son masque, mais seulement une fois arrivé à la caisse. La police n’a pas été appelée mais au vu des plaintes, une enquête a finalement été ouverte. « Je suis choqué parce que c'est toujours triste quand quelqu'un arbore un symbole de haine, quelle que soit l'idée qui est derrière », s’est indigné le maire de la localité sur la chaîne ABC.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern