Michel Cymes riposte à ceux qui estiment qu’il a minimisé le danger du Covid-19 (vidéo)

Michel Cymes riposte à ceux qui estiment qu’il a minimisé le danger du Covid-19 (vidéo)
BelgaImage

Depuis mars, Michel Cymes se fait fort discret. Avec la crise du coronavirus, il a repris à plein temps son job de médecin pour aider les hôpitaux face à l’afflux de patients. Maintenant que les cas de Covid-19 sont bien moins nombreux, il reprend du service à la télévision, comme ce 12 mai avec une émission spéciale sur le coronavirus sur France 2. Mais avant cela, il a voulu remettre les pendules à l’heure vis-à-vis de ceux qui affirment qu’il aurait minimisé la crise en parlant d’une « gripette ».

Le parcours d’une intox

Interrogé par RTL sur la dureté de ces critiques, sa riposte s’est faite très claire : « Ce serait mentir de vous dire que je m'en foutais complètement. [...] Ce n'est jamais très agréable, surtout quand vous ne comprenez pas pourquoi. Je n'ai pas minimisé. Il y a un journaliste qui, un jour, a écrit que j’avais prononcé le mot "gripette", et comme tous les journalistes ne sont pas assez professionnels pour aller vérifier, ils ont fait du copier-coller et j'ai vu dans la presse à je ne sais pas combien de reprises que j'avais dit "gripette". Donc tout le monde se dit : "il a minimisé". Je n'ai jamais prononcé ce mot. […] Je me suis dit "je vais aller en réa faire mon métier de médecin comme je peux et je reviendrai un peu plus tard quand ce sera calmé" », se défend-il.

Le médecin-présentateur précise par ailleurs que la seule fois où il a prononcé le mot « gripette », c’est sur le plateau de « Quotidien » mais dans un tout autre sens. Ce jour-là, il a en effet expliqué à Yann Barthès que « ce n’est pas une gripette. C’est un peu plus cogné que la grippe mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ». On peut ensuite retrouver en effet certains titres de presse comme le magazine suisse « L’Illustré » ou un blog de « Mediapart » affirmer que Michel Cymes qualifie la maladie de « gripette », ce qui est donc faux. Ajoutons que cette accusation a surtout été reprise par la suite non pas par des médias mais par des personnalités connues pour leurs tendances à la polémique comme Nadine Morano ou Michel Onfray.

N’appréciant déjà pas la couverture médiatique du Covid-19 lorsqu’il est sur le plateau de « Quotidien », Michel Cymes avait d’ailleurs critiqué que des journaux fassent des articles sur le fait que le ministre de la Culture, Franck Riester, était contaminé par le Covid-19. Il estimait alors que les médias avaient « un problème de sémantique ». « Il y a eu entre 8.000 et 10.000 morts de grippe par an. Si chaque année, on fait des dépêches à chaque fois qu'un mec a la grippe, vous vous rendez compte  ? ».

Quelques jours plus tard, lorsque la France entre en confinement, Michel Cymes revient sur ces derniers propos à « C à vous » : « Je fais mon mea-culpa aussi, j’ai probablement trop rassuré les Français. Mais en même temps, comment les inquiéter alors que l’on n’a pas de données épidémiques qui permettraient de dire que cela va être aussi catastrophique qu’aujourd’hui ? ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern