La justice américaine autorise une expédition à « couper » dans le Titanic

La justice américaine autorise une expédition à « couper » dans le Titanic
BelgaImage

En janvier dernier, « The Times » disait : « Enfin, le Titanic va pouvoir rouiller en paix ». Un accord datant de 2003 venait en effet d’être confirmé pour empêcher toute incursion dans l’épave la plus célèbre du monde. Dès lors, les expéditions vers le Titanic doivent être autorisées par les justices américaines et britanniques. Aujourd’hui, la concorde semble loin. Une juge fédérale de Virginie a en effet autorisé la RMS Titanic de découper le navire afin de récupérer son télégraphe, le fameux équipement Marconi qui a envoyé les signaux de détresse en 1912. Le verdict est loin d’être approuvé par tout le monde.

Une nouvelle bataille judiciaire s’annonce

Selon la décision de justice, la volonté de la RMS Titanic de mettre la main sur cet objet-clé qui a permis de sauver de nombreuses vies présente « une grande valeur historique, éducative, scientifique et culturelle ». Afin de mener à bien l’opération, la juge a ainsi permis qu’il soit possible de « couper » dans la coque « a minima ».

Une telle opération représenterait une première depuis 1985, date de la découverte de l’épave qui gît à 3.843 mètres de profondeur dans l’Atlantique, à 650 km au sud-est de Terre-Neuve. L’initiative est toutefois loin de ravir les familles des disparus, opposées à toute profanation de la dernière demeure de leurs proches, ainsi que l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA). Alors qu’elle pensait être plus ou moins tranquille après la décision de janvier 2020, la voilà contrainte de s’opposer aux volontés de la RMS Titanic.

« La NOAA pense qu’il faut empêcher que cela se produise parce que le prétendu avantage de couper le Titanic pour récupérer l'équipement Marconi ne vaut tout simplement pas le coût et n'est pas dans l'intérêt public », a fait savoir la NOAA dans un communiqué. Elle compte maintenant sur un avis négatif de la justice britannique, ultime obstacle avant le commencement de l’expédition.

Ce n’est pas la première fois que la NOAA s’oppose frontalement à la RMS Titanic. Déjà en 2000, elle avait obtenu à ce que celle-ci soit empêchée de pénétrer dans le navire afin de récupérer les diamants qui auraient coulé en 1912 avec les passagers. Pour la RMS Titanic par contre, le temps presse. D’ici 2050, l’épave devrait disparaître, grignotée par les organismes marins.

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern