L’Arctique elle aussi confinée à cause de la pandémie

L’Arctique elle aussi confinée à cause de la pandémie
BelgaImage

S’il y a bien un endroit où on ne s’attendrait pas à croiser le coronavirus, c’est bien là : l’Arctique et son paysage polaire. Mais la pandémie s’est tellement propagée dans le monde entier que l’expédition scientifique MOSAIC, la plus grande jamais organisée dans la région, craint de voir débarquer le virus sur les glaciers. Leurs plans ont donc été chamboulés pour éviter sur ce scénario.

Un imprévu embêtant

Le chef de mission, le climatologue Markus Rex, avait pourtant tout prévu. Tel le Professeur de « La Casa de Papel », il avait élaboré pas moins d’une dizaine de scénarios pour parer au moindre problème, même une attaque d’ours polaires. Il n’avait évidemment pas pensé à ce que le Covid-19 allait mettre le monde sans dessus dessous.

C’est ainsi que le remplacement des scientifiques stationnés en Arctique pour étudier le changement climatique a été longtemps impossible à cause de la fermeture des frontières. « Nous avons dû mettre sur pied un nouveau plan très rapidement », indique Markus Rex à l’AFP. Finalement, un brise-glace, le Polastern, a été mis à contribution pour assurer ce remplacement.

Mais là, un autre souci s’est imposé à l’expédition MOSAIC : « la deuxième grosse difficulté à laquelle nous avons été confrontés, c’est de nous assurer que le virus ne se répande pas parmi les membres de l’expédition », explique Markus Rex. Si les membres de l’expédition venaient à contracter la maladie au beau milieu du pôle Nord, cela serait catastrophique. Pour y parer, l’équipe remplaçante a dû être confinée pendant 14 jours avant le départ, dans des chambres dont les portes étaient scellées, et avec des plateaux-repas livrés « à domicile ». Après trois tests pour s’assurer qu’ils n’avaient pas le Covid-19, ils ont pu partir avec des stocks pour tenir confinés pendant des mois.

Finalement, le nouveau plan semble assez bien marcher. Le relai des équipes devrait avoir lieu dans quelques jours, avec deux mois de retard.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern