Quand Guy Bedos se confiait sur sa mort à «On n’est pas couché» (vidéo)

Quand Guy Bedos se confiait sur sa mort à «On n’est pas couché» (vidéo)
BelgaImage

Avec le recul, c’est forcément un moment touchant. Il y a un peu moins de cinq ans, Guy Bedos parlait de sa mort à « On n’est pas couché ». Laurent Ruquier était en effet frappé par les confidences de l’humoriste à ce sujet dans le livre qu’il publiait alors : « Je me souviendrai de tout ». Paradoxalement au vu de ce titre, Guy Bedos est décédé de la maladie d’Alzheimer jeudi dernier. Pour l’occasion, Laurent Ruquier a voulu remontrer ce passage qui date de 2015 lors de son émission de ce 30 mai.

La question de l’euthanasie et de sa dernière résidence

A l’époque, le présentateur voulait revenir sur les déclarations de Guy Bedos sur « l’association pour le droit de mourir dans la dignité ». L’humoriste regrettait alors que François Hollande n’ait pas été assez actif sur le thème de l’euthanasie. Laurent Ruquier lui demande alors sa position sur le sujet.

« J'ai choisi mon médecin assassin. Je ne voudrais pas souffrir et je ne voudrais pas être un poids pour mon entourage. Je voudrais donc choisir le moment où je partirai. Il y a différentes façons de partir. On peut se suicider, tout simplement. On peut demander à un médecin de nous faire partir. Voilà, j'ai envie de partir en beauté », disait Guy Bedos.

Laurent Ruquier avait également cité un passage de l’autobiographie de celui qui est né en 1934 à Alger : « Vous vous êtes posé beaucoup de question sur la mort. Vous dites aussi que vous avez emmené votre femme à Bab-el-Oued pour retrouver le square de votre enfance près de chez votre grand-père où vous vous êtes ouvert la tête. "Ce square", dites-vous, "je me surprends à rêver qu'on lui donne mon nom après ma mort" », citait-il.

« Mon père est au cimetière d'Alger. Mon grand-père et ma grand-mère aussi. J'ai beaucoup de morts là-bas et j'aurais aimé les rejoindre. Moi pour l'instant, je me suis contenté d'une tombe au cimetière de Lumio car la Corse, c'est mon Algérie de rechange », concluait Guy Bedos (comme il est possible de le voir à la fin de la vidéo ci-dessous).

C’est finalement bien à Lumio qu’il sera enterré, « dans ce village qui [lui] rendait un peu [sa] Méditerranée d’Alger », comme l’a dit son fils Nicolas Bedos l’a annoncé lors de la cérémonie d’hommage à Saint-Germain-des-Prés.

 
  • Il y a 80 ans: la Belgique occupée

    Les soldats de la Wehrmacht hissent le drapeau nazi sur le toit du château royal de Laeken.

    Après la campagne des 18 jours, notre pays est envahi par l’armée allemande. D’abord effrayée, la population se fait peu à peu à l’idée d’intégrer un Reich censé durer 1.000 ans... Et ne manquez pas la suite de notre série : le 7 octobre, la Résistance. Le 15 octobre, la Collaboration.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern