«Les services secrets nous demandent de partir»: une correspondante de TF1 à Washington forcée d’écourter son direct (vidéo)

Capture d’écaran
Capture d’écaran

La semaine dernière, la mort par asphyxie de l’Afro-Américain George Floyd, provoquée par un policier lors d’une interpellation violente, a choqué le monde entier. Et depuis son décès brutal, la situation est de plus en plus tendue aux États-Unis. Les manifestations réclamant la justice pour cet homme se multiplient et dégénèrent régulièrement en émeutes, forçant les forces de l’ordre à intervenir. Même les journalistes, qui font leur travail, sont pris à partie.

Ce mardi 2 juin, Catherine Jentile, correspondante de TF1 à Washington, était en duplex durant le JT de 13h et répondait aux questions de Jacques Legros concernant les tensions sur place, rapporte Sudinfo. Alors qu’elle montrait les rues vidées après une nuit de violences, la journaliste a été forcée d’écourter son direct. « Maintenant, on est obligé d’arrêter parce que les services secrets nous demandent de partir », a-t-elle en effet déclaré, avant de mettre un terme au duplex. Jacques Legros a quant à lui souligné la difficulté du travail des correspondants pour le moment.

Ce n’est pas la première fois que des journalistes de TF1 sont mis en difficulté. Dimanche dernier déjà, une équipe de correspondants a été arrêtée et menottée par la police, alors qu’elle filmait une manifestation dénonçant les violences policières. Un journaliste de CNN avait également connu le même sort. Donald Trump semble prêt à tout pour rétablir le calme et faire fuir les journalistes.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern