Matthieu Delormeau quitte «Touche pas à mon poste» et fait le bilan

Matthieu Delormeau quitte «Touche pas à mon poste» et fait le bilan
BelgaImage

« Tout a une fin et il faut savoir passer à autre chose ». C’est par ces mots dits au « Parisien » ce vendredi que Matthieu Delormeau signe son départ de TPMP, l’émission qui a largement contribué à le faire connaître. « Je l'ai annoncé à Cyril Hanouna il y a quelques jours. J'ai envie de vivre de nouvelles aventures, à la télévision, à la radio, sur scène ou sur un plateau de cinéma… Si je ne le fais pas maintenant, je ne le ferai jamais », dit-il.

Alors que la saison de TPMP vient de se clôturer, le chroniqueur explique qu’il n’a pas voulu faire cette annonce directement sur le plateau pour en garder l’esprit festif. Il en profite par ailleurs pour revenir sur les différents aspects du programme pour lequel il est resté fidèle pendant cinq ans.

Son seul regret : « les débats sont souvent binaires »

S’il quitte l’émission, Matthieu Delormeau assure que ce n’est pas parce qu’il « rigolait moins », contrairement à Enora Malagré lorsqu’elle est partie. « Je m'amuse toujours autant à TPMP. On a beaucoup ri cette saison. C'est pour cela que j'ai hésité. Mais je préfère partir en me disant que tout va bien, plutôt que de me dire, un jour, comme Enora, que je ne m'amuse plus », déclare-t-il. Alors peut-être que son départ pourrait aussi s’expliquer par la fin de son émission « TPMP People » ? Encore non, même s’il aurait voulu que cela continue.

« Le Parisien » n’a pas non plus manqué de lui demander s’il avait des regrets par rapport à TPMP, surtout par rapport à des moments où il servait de souffre-douleur à Cyril Hanouna. Le quotidien cite notamment la fois où il a dû endosser un meurtre pour une caméra cachée ou la séquence où il a reçu des nouilles dans son slip. L’intéressé balaie la question d’un revers de main, affirmant que cela fait partie du show.

« Parfois, je n'avais pas envie de faire la fête, mais je ne me suis jamais senti humilié. Mon seul regret, c'est que, à la télévision, il n'y a pas de place pour la nuance. Les débats sont souvent binaires. Surtout qu'on n'a jamais plus de cinq minutes pour exposer son avis. Il faut des arguments chocs. J'ai pu tomber dans de la critique facile et des mots ont dépassé ma pensée », confie-t-il sous la forme d’un mea culpa.

Quant à l’après-TPMP, il dit ne pas encore savoir de quoi la rentrée de septembre sera faite. Il aimerait bien devenir comédien et parle aussi de théâtre et de radio, mais il ne ferme pas la porte à la télé. « Je marche au coup de cœur », résume-t-il.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern