En roue libre, Jean-Marie Bigard confirme son rêve présidentiel pour 2022: «Je ne jette pas l’éponge»

Capture d’écran - Huffington Post
Capture d’écran - Huffington Post

Jean-Marie Bigard candidat à l’élection présidentielle de 2022 ? Il y a quelques semaines, l’information aurait fait l’objet d’une vanne à la machine à café. Désormais, si on peut toujours en plaisanter autour d’un ristretto, la nouvelle prend une tournure de plus en plus sérieuse tant l’humoriste français croit réellement à sa candidature. Fervent défenseur des gilets jaunes puis critique d’Emmanuel Macron au sujet du coronavirus, Jean-Marie Bigard se pose en digne représentant du peuple bleu-blanc-rouge. Et ce alors qu’il était parti pour finalement renoncer, comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours.

>Jean-Marie Bigard change d’avis et renonce à se présenter à la présidentielle: «Je préfère gueuler en tribune»

Ce samedi 20 juin, il donnait un one-man-show en streaming depuis l’Apollo Théâtre de Paris. Les organisateurs assurent que l’événement a convoqué quelque 5.000 curieux, quand Bigard en a annoncé plus de 45.000. Qu’à cela ne tienne, ce petit quiproquo au niveau du comptage n’empêchera pas l’humoriste de remettre le couvert le 15 septembre prochain, et cela sera gratuit alors. S’il a multiplié les vannes, Jean-Marie Bigard a aussi profité de sa tribune pour revenir sur sa possible candidature à l’élection présidentielle française de 2022. L’homme serait-il déjà entré en campagne ?

« Je suis un peu vulgaire, mais… »

Ce qui est sûr, c’est qu’il a affirmé que c’était du sérieux. En faisant du Bigard dans le texte évidemment, et – mimant un téléphone – il s’est adressé de manière fictive cette fois au président actuel, Emmanuel Macron  : « Tu voudrais que je refasse des blagues et que j’arrête de taper sur les gouvernants. Bah oui, je comprends, mais c’est des guignols donc faut bien leur botter le cul de temps en temps quand même… » Sans oublier le « connard » adressé au chef de l’État français qui devrait apprécier. L’ambiance de campagne est déjà électrique !

>Jean-Marie Bigard candidat à l’élection présidentielle française de 2022? «Ça pourrait m’intéresser» (vidéo)

Jean-Marie Bigard a donc réaffirmé son intention politique, comme l’épingle le Huffington Post  : « Je ne jette pas l’éponge, je suis ravi de faire peur à cette bande d’enculés ». Il a ensuite critiqué de nombreuses personnalités du gouvernement actuel, notant ainsi au passage qu’Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé et une « espèce de grosse connasse », comme dirait Jean-Marie Bigard et on se désolidarise forcément, « avait du sang sur les mains », en référence à sa gestion première du coronavirus avant qu’elle ne quitte ses fonctions pour se lancer à l’assaut de la mairie de Paris.

>Après son coup de gueule sur le déconfinement, Jean-Marie Bigard reçoit un appel d’Emmanuel Macron

« Je suis un peu vulgaire, mais on comprend ce que je dis », tempère Jean-Marie Bigard qui a annoncé ses premières idées de réformes – réouverture des maisons closes, droit de distiller son alcool et un panier de 15 fruits et légumes à prix fixe – et a assuré qu’il allait rapidement se mettre en quête des 500 signatures de maires nécessaires pour devenir candidat à la présidentielle. Ce qui est certain, c’est que ce fervent défenseur du décrié professeur Raoult est fier et sûr de ses chances : « J’ai été content d’avoir les couilles de m’exprimer librement ». Reste à voir si le peuple français suivra.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern