Une pétition demande le retrait du film «Split» du catalogue Netflix, à cause d’une stigmatisation des malades à personnalités multiples

Belgaimage
Belgaimage

Évoquer des maladies mentales dans un film est toujours délicat et sujet à critiques. C’est notamment le cas avec « Split ». Diffusé sur Netlfix, le long-métrage raconte l’histoire d’une personne souffrant de troubles dissociatifs de l’identité (TDI). Atteint du syndrome, le héros possède 24 personnalités différentes. Déjà au moment de sa sortie en 2017, le film avait suscité les critiques. Mais depuis quelques jours, c’est sur les réseaux sociaux que la polémique enfle. Une pétition a été lancée par l’association Kairos Collaborative, exigeant le retrait du film du catalogue Netflix, rapporte Le Figaro.

L’association américaine accuse en effet « Split » de stigmatiser les personnes malades à personnalités multiples et de donner une image erronée de la maladie. Dans le film, le héros Kevin Wendell Crumb, incarné par James McAvoy, est atteint d’un trouble dissociatif de la personnalité. À côté d’autres personnages, il va jusqu’à se transformer en « Bête », monstre à la force étonnante qui contrôle son corps et qui est capable de changer complètement d’apparence. Ce qui est faux dénonce l’association.

« Dans ce film, le protagoniste est décrit comme un prédateur. Et représente de manière inexacte cette maladie à bien des égards (…) en insinuant notamment que les personnes atteintes sont capables de métamorphose physique complète et, plus important encore, en faisant valoir la fausse image créée par Hollywood que ces malades sont susceptibles d’être violents, ou un danger pour les autres. En fait, ces personnes sont plus susceptibles d’être des victimes que des bourreaux », peut-on lire en accompagnement de la pétition. C’est pourquoi l’association demande à Netflix de retirer le film de la plateforme ou au mois d’ajouter une note précisant que le film n’est pas conforme à la réalité et pas représentatif du trouble de la personnalité multiple, rapporte Le Figaro.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern