Sexe: faut-il qu’il soit grand et ferme?

Sexe: faut-il qu’il soit grand et ferme?

Combien d’hommes ne sont-ils pas complexés par leur sexe ! Pas moins de 68 % si l’on en croit une publication du Journal of Health Psychology. Ces mâles ne le jugent pas assez grand, pas assez large, craignent qu’il ne soit pas assez ferme et angoissent parfois au point de perdre leur érection.

On les rassurera d’abord en disant que les mensurations du pénis ne font pas d’eux de bons amants. Certes grandeur et largeur peuvent rassurer et aider à avoir confiance en soi mais ce ne sont pas ces caractéristiques qui font qu’un rapport sexuel se passe bien. L’essentiel est ailleurs et notamment dans la rencontre des corps et la recherche des plaisirs mutuels, aussi bien masculins que féminins. Et on sait combien la seule pénétration n’est pas le meilleur moyen de faire jouir les femmes.

7,6 cm au repos, l’idéal !

Mais revenons à nos mensurations. On reconnaît qu’une « bonne » taille de pénis est un élément que les femmes apprécient. Maintes études confirment la chose tout en la nuançant. On citera d’abord celle d’une université australienne (1) menée en 2013 qui établit que les femmes ont une attirance d’autant plus importante pour les « grands pénis » (au repos !) que les hommes ont une carrure imposante ou une taille imposante. L’attirance pour les grands phallus ne joue pas si ces messieurs sont petits ou bien enveloppés.

En fait ce qui attire le plus les femmes est la forme du buste, la grande carrure ; celle-ci jouerait, selon les calculs de cette étude pour 79,6 %, contre 5,1 % pour la taille du corps et 6,1 % pour celle du pénis. De plus la notion de « grand » pénis se est toute relative puisqu’au-delà de 7,6 cm au repos, la longueur du sexe devient un facteur de choix moins important. On rappelle que la longueur moyenne du sexe masculin au repos se situe entre 7,5 et 10,2 cm pour une circonférence de 8 cm. Pas de quoi inquiéter la grosse majorité des hommes.

16 cm en érection, l’idéal !

En 2015, une autre étude menée (2) cette fois par une université californienne s’intéresse au sexe masculin en érection pour conclure que les femmes ont une préférence pour une longueur de 16 centimètres et une circonférence de 12. Une dimension proche de la normale puisque la longueur moyenne est de 14 cm pour une largeur de 11 cm, en érection toujours. Mais l’étude affine encore les préférences et montre que la taille idéale du sexe masculin varie selon le type de relation et le partenaire ! Le sexe de l’homme qui partage la vie de la femme est idéalement plus petit que celui du partenaire d’un soir : 16 cm de longueur pour le partenaire régulier et 16,25 pour le partenaire ponctuel. Et 12,2 cm de circonférence pour l’homme régulier contre 12,7 pour le coup d’un soir. Une petite différence qui s’expliquerait par le fait que la femme opte pour un confort physique quand la relation paraît stable dans le temps.

Dureté et satisfaction

Quant à l’impact de la fermeté du pénis en érection, les études sur le sujet sont pléthore ; leur nombre étant lié au fait que l’industrie pharmaceutique a mis au point des médicaments -Viagra et autres – pouvant remédier aux troubles de l’érection liés à l’âge. Parmi celles-ci, une étude menée (3) dans 27 pays auprès de 12.563 personnes met en évidence les liens entre la dureté de l’érection et la satisfaction de la vie sexuelle, l’amour et la santé en général. Les hommes comme les femmes disent que la qualité de l’érection participe à leur bien-être sexuel.

On épingle encore une étude belge (4) qui s’est penchée sur l’impact de la qualité de l’érection sur la satisfaction de quelques centaines d’hommes âgés de 51 à 70 ans et de leurs partenaires ayant entre 46 et 60 ans. Elle a conclu que les femmes se sentent plus satisfaites quand l’érection masculine est ferme, soutenue par le Viagra. Elles ressentent davantage de désir, sont plus excitées et se sentent plus épanouies sexuellement…

(1) Penis size interacts with body shape and height to influence male attractiveness. Etude de Brian S. Mautz, Bob B. M. Wong, Richard A. Peters, and Michael D. Jennions. Publication en avril 2013 dans Proceedings of the National Academy of Sciences

(2) Women’s Preferences for Penis Size : A New Research Method Using Selection among 3D Models. Etude de Nicole Prause, Jaymie Park, Shannon Leung, Geoffrey Miller. Publicationen septembre 2015 dans PLOS One

(3) Importance of and satisfaction with sex among men and women worldwide : results of the global better sex survey. Etude de John Mulhall, Rosie King, Sidney Glina, Kyle Hvidsten. Publication en avril 2008 dans Journal of Sexual Medicine (4) The HelpED study : agreement and impact of the erection hardness score on sexual function and psychosocial outcomes in men with erectile dysfunction and their partners. Etude de Hubert I M Claes, Robert Andrianne, Reinier Opsomer, Adelin Albert, Seema Patel, Kathleen Commers publiée en octobre 2012 dans Journal of Sexual Medicine

Sur le même sujet
Sexualité
 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.