La pleine conscience pour plus de plaisirs érotiques

La pleine conscience pour plus de plaisirs érotiques

Le stress du boulot et les discussions tendues avec le patron, l’organisation de la rentrée scolaire, les courses alimentaires, la machine à laver qui vient de tomber en panne, l’anniversaire de la meilleure copine à organiser : il n’est pas toujours facile d’oublier les tracas et responsabilités de la vie au moment de se mettre au lit. Les mille et une tâches à accomplir peuvent même surgir quand vous vous retrouvez dans les bras de votre partenaire. Vous voilà ailleurs alors que vous devriez être dans la rencontre des corps et des cœurs. Et puis vous songez au repas que vous venez d’avaler et vous craignez d’être gonflée, grosse même. Les complexes physiques resurgissent, accompagnés d’angoisses.

La non-jouissance si fréquente

Les pensées parasites vous envahissent, vous devenez spectatrices de vos ébats et ne parvenez pas à jouir. Énièmes nouvelles frustrations ! Comment les dépasser ? De surcroît, de telles pensées parasites ne sont pas les seuls responsables de la difficulté à jouir. Celle-ci est influencée par de nombreux autres facteurs, qui vont de l’éducation religieuse ou familiale reçue au stress, en passant par les problèmes de santé, l’âge, le manque d’expériences, l’absence de curiosité sexuelle, la dépression, la qualité des liens avec le partenaire, la non-communication érotique, la méconnaissance du corps, un tempérament trop introverti… Tant d’éléments concourent à cette non-jouissance qu’elle est un problème fréquent, très fréquent même. Pas moins de 24 % de femmes souffrent de difficultés orgasmiques, ne parviennent pas à atteindre le septième ciel alors qu’elles se sentent excitées.

Se concentrer sur le moment présent

Pourtant cette non-jouissance peut être dépassée ! Par la mindfulness que l’on appelle dans sa version française la pleine conscience. Petit rappel pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette méthode inspirée de la méditation bouddhiste mais dénuée de toute ambition spirituelle. Comme l’explique son concepteur Jon Kabat-Zinn, docteur en biologie moléculaire de l’Université de médecine du Massachussetts, il s’agit d’« un état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement au moment présent, sans se juger, sur l’expérience qui se déploie moment après moment. »

Cette méthode qui a été mise au point à la fin des années 70, ambitionne de nous rendre plus présent à l’instant grâce à des exercices de méditation et de respiration. Si des pensées et émotions surgissent, on s’efforce de ne pas s’y attacher. On les considère avec bienveillance. On les observe apparaître sans culpabiliser pour les laisser passer afin de revenir au présent et se concentrer sur ce que l’on fait et ressent.

La pleine conscience a fait ses preuves dans le domaine de la santé pour combattre le stress, l’anxiété et la dépression au point d’être reconnue par l’OMS comme un outil de prévention contre la dépression. Mais dans la vie intime également, la mindfulness s’est révélée efficace. Depuis quelques années, la technique est utilisée pour dépasser des troubles sexuels. Maintes études confirment son intérêt. On en citera seulement deux. Celle publiée en 2014 (1) par une équipe belge de l’UCL, constituée par Françoise Adam, Marie Géonet, James Day et Pascal de Sutter. Ces psys et sexologues ont montré que les 176 femmes qui parvenaient à l’orgasme avaient de plus grandes capacités de pleine conscience que les 75 femmes qui n’y parvenaient pas. Les premières savaient se concentrer sur leur présent, aussi bien dans la vie quotidienne que dans les rapports sexuels.

Plus de jouissances et d’estime de soi

Plus récemment en 2019, une nouvelle étude (2) montrait que la diminution de la distraction cognitive pendant les rapports sexuels influençait non seulement le bien-être sexuel mais aussi relationnel et encore mieux l’estime de soi !

On pratique donc la peine conscience pas seulement au lit mais au quotidien, dès le lever. On se concentre sur les plaisirs de la douche, d’un déjeuner, d’un rayon d’un soleil, d’une balade… On vit l’instant et ne fait pas deux choses à la fois. Dans l’intimité, on s’attache aux baisers et caresses, on se focalise sur les sensations érotiques et le nirvana devrait alors être offert. Mais on n’oublie pas que si la pleine conscience est un bel outil, elle n’est bien sûr pas un instrument miraculeux. Elle s’acquiert progressivement…

Joëlle Smets

(1) Mindfulness skills are associated with female orgasm ? Article de Françoise Adam, Marie Géonet, James Day & Pascal de Sutter. Publication en 2014 dans Sexual and Relationship Therapy (2)The role of sexual mindfulness in sexual wellbeing, Relational wellbeing, and self-esteem. Article de Chelom E. Leavitt, a Eva S. Lefkowitz, b and Emily A. Watermanc. Publication en 2019 dans J Sex Marital Therapy

.

Sur le même sujet
Sexualité
 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern