Accueil Actu Soirmag

Au Danemark, il existe un musée… du bonheur

Le « musée du bonheur » se trouve à Copenhague.

Temps de lecture: 3 min

Au Danemark, le bonheur a désormais son musée. Une tasse de café blotti dans des coussins moelleux, un fou rire : le bonheur peut prendre des milliards de formes et peut être promis à tout bout de champ. Le « musée du bonheur », à Copenhague, propose aux visiteurs de voyager à travers son histoire, ses expressions, ses politiques et sa géographie et de s’interroger sur leur propre bien-être, dans un pays considéré comme l’un des plus heureux du monde.

En plein été, le Danemark a inauguré le premier musée du bonheur, au sous-sol d’une rue discrète du centre de Copenhague, comme une allégorie de la félicité tranquille plébiscitée dans ce royaume, qui lui vaut de figurer dans le peloton de tête des pays les plus heureux. « Dans le musée du bonheur, les gens ont droit à une visite guidée du bonheur, qui permet de le voir sous différents angles. Vous voyez l’histoire du bonheur, vous voyez la politique du bonheur, la science du bonheur  », expliquait mardi à l’AFP Meik Wiking, le fondateur du musée qui dirige aussi l’Institut de Recherche sur le Bonheur.

À travers les salles d’exposition, où les informations sont affichées sur de grands panneaux de couleur accrochés aux murs blancs, le curieux peut tout apprendre de la théorie du bonheur à sa mesure économique ou à son expression chimique, moyennant 95 couronnes (près de 13 euros). « Voir la corrélation entre mon bien-être et mon bonheur me donne envie d’être encore plus heureux  », s’enthousiasme Søren Munk Hansen, un avocat de 36 ans.

Définition du bonheur

Le visiteur est aussi mis à contribution : le musée l’invite à écrire sur un post-it sa définition du bonheur, qui ira ensuite rejoindre une centaine d’autres sur un mur. Car qu’est-ce que le bonheur ? Pour Meik Wiking, « c’est l’idée d’avoir un but dans la vie, c’est de la bonne nourriture, du bon vin, être en bonne compagnie avec les gens qu’on aime, c’est un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée  ».

Terre du « hygge », un art de vivre qui milite pour la recherche du bien-être dans le quotidien et qu’on peut traduire par « réconfort », le Danemark est l’un des champions du bonheur, à en croire les rapports de l’ONU du « World Happiness Report » publiés tous les ans depuis 2012. En 2020, ce petit royaume scandinave de 5,8 millions d’habitants pointait à la deuxième place, juste derrière la Finlande, pour la deuxième année consécutive.

Comme ses voisins nordiques, le Danemark jouit d’une qualité de vie exceptionnelle, couplée à un niveau de sécurité élevé et à des services publics parmi les meilleurs du monde. « J’aime à dire que nous sommes peut-être les pays les moins malheureux, parce que je pense que le modèle nordique est vraiment bon pour réduire les causes de malheur », assure M. Wiking. En effet, « quand on a une société qui est assez égalitaire, cela signifie aussi qu’il y a moins d’envie », conclut-il.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une