Décès d’Annie Cordy: quand «Nini La Chance» faisait le bilan de sa vie (vidéo)

Décès d’Annie Cordy: quand «Nini La Chance» faisait le bilan de sa vie (vidéo)
BelgaImage

Ce vendredi, en fin de journée, Annie Cordy a rendu l’âme chez elle, sur la Côte d’Azur, après une crise cardiaque. Malgré l’arrivée rapide des secours, ceux-ci n’ont pas réussi à la réanimer. Ainsi se termine l’histoire d’une artiste infatigable, active jusqu’au bout. Il y a à peine deux ans, elle s’était confiée au Soir pour parler de sa vie, personnelle et professionnelle, mais aussi de « la » vie.

« J’ai faim de la vie »

Dans cette vidéo, elle raconte d’abord avec émotion qu’en 2018, elle s’était retrouvée plus ou moins seule dans sa famille. Ses parents étaient décédés, mais aussi sa fratrie. Son frère, Louis, est parti en 2015, et sa sœur Jeanne en 2010. Des pertes qui ne faisaient que renforcer les souvenirs de son enfance, comme lorsqu’elle sentait l’odeur des copeaux de bois dans la maison de ses parents. Elle se souvient aussi du soutien de ses parents, ce qui lui a été essentiel pour sa carrière en étant habituée très tôt à la scène.

D’autre part, elle a profité de cette interview pour rappeler son attachement à la fois à son pays natal et à son pays d’adoption, la France. Car si elle restait attachée à Bruxelles, sa ville natale où elle était la « voisine » du Roi à Laeken, l’événement le plus marquant de sa vie reste son arrivée à Paris. La chanteuse et actrice avait par ailleurs fini par obtenir la nationalité française.

Et quand il est l’heure de faire le bilan de sa carrière, celle-ci n’en retient que du bon. Ainsi, quand on lui demande de citer un échec, Annie Cordy répond très philosophiquement : « Je n'aime pas beaucoup ce mot-là. S'il y en a eu un, j'ai oublié. Je préfère garder mes joies et oublier mes peines, parce que de toute façon on en a tous ».

Pour terminer, elle se refuse à moitié à faire un « mot de la fin », parce que comme elle le dit, elle n’aime pas la « fin ». L’occasion pour elle de rebondir avec un jeu de mot qui prend finement le contrepied de la question : « Je suis encore là et j'ai faim de la vie. Donc j'espère qu'elle va encore durer très longtemps pour me permettre de vous voir beaucoup et de vous faire plaisir, et vous allez me faire plaisir. Je vous embrasse très fort, et soyez heureux surtout », concluait-elle.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern