En Belgique comme en France, le biopic sur Grégory Lemarchal fait un carton d’audiences

En Belgique comme en France, le biopic sur Grégory Lemarchal fait un carton d’audiences
TF1

Treize ans après sa mort, Grégory Lemarchal reste encore et toujours incroyablement populaire. C’est ce qui vient d’être confirmé avec le succès de la diffusion du téléfilm « Pourquoi je vis ». A la fois en Belgique et en France, La Une et TF1 n’ont laissé aucune chance aux chaînes concurrentes avec une audience énorme.

Les femmes au rendez-vous

Ce carton a été particulièrement flagrant hier soir sur TF1. Avec une part de marché moyenne de 32,7% sur les deux épisodes, la première chaîne française écrase littéralement la seconde du classement, France 2, qui diffusait « La garçonne » avec seulement 14,3% d’audience. Au fil de la soirée, TF1 a même creusé son avantage en atteignant les 34% auprès des quatre ans et plus lors du second épisode.

Mais ce n’est pas tout puisqu’auprès du public cible du biopic, à savoir les femmes de moins de 50 ans, la diffusion a été encore plus populaire. 50,1% d’entre elles avaient choisi TF1 hier pour passer une soirée émouvante et pleine de souvenirs du vainqueur de la Star Academy. Elles sont également restées largement fidèles au documentaire inédit, « Grégory Lemarchal : et maintenant ? », diffusé juste après, avec 41,1% de ce public présent pour l’événement (28,4% pour l’audience totale).

Ce succès n’est guère étonnant lorsque l’on regarde les chiffres de la semaine passée en Belgique. Parce qu’au plat pays aussi, nombreux sont ceux qui avaient envie d’en savoir plus sur la vie de Grégory Lemarchal. La Une a ainsi rassemblé mardi passé 407.872 téléspectateurs, contre 264.474 personnes pour le magazine « Exclusif » de RTL-TVI.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern