David Hallyday sur les futurs projets sur son père: «J’aurai mon mot à dire»

David Hallyday sur les futurs projets sur son père: «J’aurai mon mot à dire»
©Belga

Chanteur comme son père, David Hallyday a sorti mercredi un nouveau titre, annonce de son prochain album « Imagine un monde », attendu pour la fin novembre. À cette occasion, il a fait le tour de plusieurs médias français. Il en a également profité pour revenir sur l’héritage de Johnny, auquel il a renoncé.

Mais le frère de Laura, Jade et Joy a bien précisé qu’il ferait usage de son droit moral concernant les futurs projets sur son père, décédé le 5 décembre 2017. « C’est une loi française et heureusement qu’elle existe. Naturellement, nous, les enfants, avons un droit moral sur la suite des événements, sur l’image, la carrière de notre père », a-t-il affirmé auprès de BFMTV. « Et évidemment, j’aurai mon mot à dire si je juge quelque chose n’est pas à sa place ou qu’un projet manque de hauteur par rapport à ce qu’il était. c’est là que j’interviendrai, évidemment », a conclu l’interprète de « Tu ne m’as pas laissé le temps ».

Sur la « guerre de l’héritage » du Taulier, qui l’opposait, avec sa sœur Laura Smet, à Laeticia Hallyday, David Hallyday a été très clair : il ne veut plus en parler. Au micro de RTL, il a confié que cette histoire « privée et très personnelle » appartenait maintenant au passé. « Et entre vous et moi, je crois que ça saoule vraiment les gens. On n’est pas dans ce monde-là aujourd’hui. Des gens perdent leur boulot, leur travail, ils ne savent pas comment ils vont bosser, payer leur loyer… On n’est pas là-dedans », a-t-il déclaré, mettant un terme au débat.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern