Et si la Révolution française était due à un virus? La nouvelle série choc de Netflix (vidéo)

Révolution
Capture d’écran Twitter

« Et si on nous avait menti depuis plus de deux siècles ? Voici la véritable histoire de la Révolution Française… ». C’est de cette façon que Netflix présente sa nouvelle série, intitulée sobrement « La Révolution », et dont la bande-annonce a été dévoilée aujourd’hui. Son originalité : imaginer que cet événement historique de plus haute importance soit dû… à une maladie. De quoi faire parler en ces temps de pandémie de coronavirus, même si le scénario a été réalisé avant la crise. Heureux hasard car dans le contexte actuel, ce script bénéficie d’une aura tout à fait particulière.

Quand la noblesse devient folle

La maladie dont il est question ici est néanmoins radicalement différente du Covid-19. Dans cette uchronie (une fiction qui opère une relecture de l’histoire) qui se déroule juste avant la prise de la Bastille, le médecin Joseph Guillotin (futur créateur de la guillotine au passage) fait une étrange découverte. Certaines personnes tombent malades et leur sang devient bleu. Encore plus bizarre : la noblesse semble particulièrement touchée et une fois contaminés, les nobles deviennent particulièrement agressifs avec le reste du peuple. De là va débuter une révolte qui va déboucher sur les troubles de la Révolution française.

Dans le rôle de Joseph Guillotin, on retrouve Amir El Kacem, un acteur qui a joué dans plusieurs séries françaises dont « Prof T. ». Il est entouré par Marilou Aussilloux (qui a joué dans « Jeux d’influence »), Isabel Aimé Gonzalez Sola (« Engrenages »), Lionel Erdogan (« Marseille ») et Gaïa Weiss (« Vikings »). Le scénario a quant à lui été créé par le duo Aurélien Molas et Gaïa Guasti, auparavant en charge de la série « Une île » avec Laetitia Casta. Enfin, pour profiter de cette nouvelle série composée de huit épisodes, il faudra encore attendre un petit mois puisque la sortie est prévue le 16 octobre prochain.

 
  • Les traces de la «Belgique nazie»

    L’ombre de Hitler plane toujours sur la Belgique...

    Plus de 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, notre pays cache encore des histoires secrètes liées à l’occupation allemande.