Des avions pleins qui volent vers «nulle part»: la nouvelle tendance controversée des compagnies aériennes

BelgaImage
BelgaImage

L’avion manque à certains habitués. La crise du Covid-19 a frappé de plein fouet le secteur aérien, diminuant drastiquement les voyages dans les airs. Dès lors, certaines compagnies proposent aux passagers à qui les voyages en avion manquent de décoller d’un endroit et d’atterrir exactement au même aéroport. Selon les compagnies, les vols s’appellent « vol panoramique », « vol pour nulle part » ou encore « dine and fly » pour « diner et voler tout en admirant la beauté des côtes ».

Et ces vols sont bien remplis. La compagnie aérienne de Brunei fait partie des entreprises qui proposent cette nouveauté. Un départ à l’aéroport international du Brunei et une arrivée au même endroit quelques heures plus tard. La même proposition existe également à Taiwan, au Japon ou en Australie, comme l’épingle CNN. Pour les compagnies, « c’est une véritable opportunité pour maintenir l’activité tout en vendant une nouvelle expérience satisfaisante pour les plus fortunés. La demande des clients pour une expérience plus luxueuse est forte », comme l’écrivent nos confrères de Slate ce dimanche 20 septembre.

CNN convoque un exemple. Ce mardi 15 septembre, la compagnie aérienne australienne Qantas a proposé un « vol pour nulle part » durant sept heures, permettant d’observer du ciel les paysages du pays d’Océanie. En dix minutes, les places étaient vendues pour des tarifs allant de 500 à 2.300 euros selon la classe choisie, un record pour l’entreprise. Même constat pour la compagnie taiwanaise EVA qui a vendu 300 places pour son airbus Hello Kitty, à destination de… nulle part. Qantas va même encore plus loin en proposant aux passagers de survoler l’Antarctique, sans y atterrir. L’initiative de ces compagnies – qui respectent par ailleurs les mesures contre le coronavirus – est fortement décriée sur les réseaux sociaux pour son impact polluant.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?

  • QR code: le nouveau geste barrière

    Il permet de respecter les règles sanitaires, en touchant le moins de surfaces possible.

    Il fait désormais partie intégrante de nos vies. Ce petit carré noir et blanc s’affiche partout. Mais qui est-il vraiment ? Explications.

  • Le parc naturel des Hautes Fagnes - Eiffel, avec 6.000 hectares classés en réserve naturelle, devrait être nommé.

    Bientôt deux parcs nationaux en Wallonie

    Une demi-douzaine de sites remarquables se portent candidats. Nos favoris : les Hautes Fagnes et Nassonia.

  • Hyundai

    Hyundai i20N: tant qu’il est encore temps

    Si les précédentes Hyundai i20 ont toujours été un peu effacées, l’actuelle fait enfin preuve d’une indéniable personnalité esthétique. Le constructeur lui accorde aussi plus de caractère pour cette inédite déclinaison sportive N, à contre-courant de la tendance actuelle…

  • BelgaImage

    Jeûner, oui, mais pas à tout prix

    Se priver de nourriture pour se sentir mieux : une pratique qui a le vent en poupe mais à ne pas confondre avec une grève de la faim.