«Manhattan Lockdown»: quand Chadwick Boseman donnait une partie de son salaire à Sienna Miller

Belgaimage
Belgaimage

Décédé des suites d’un cancer du côlon à l’âge de 43 ans au mois d’août dernier, Chadwick Boseman laisse un grand vide derrière lui. Acteur de talent, il était également un homme généreux et d’une grande gentillesse, comme l’a expliqué l’actrice Sienna Miller au magazine Empire, qui consacre son dernier numéro à la star de « Black Panther ». Elle a rappelé qu’ils avaient travaillé ensemble sur le film « Manhattan Lockdown », sorti en 2019. En plus de jouer dans le long-métrage, Chadwick Boseman travaillait également en tant que producteur. Et il s’est battu pour que l’actrice reçoive le cachet qu’elle demandait, jusqu’à donner une partie de son propre salaire.

« Il a produit Manhattan Lockdown et a tout fait pour que je rejoigne le casting. Il était fan de mon travail, ce qui était troublant parce que j’étais dix fois plus fan du sien. Donc il est venu me voir, m’a proposé ce film, et c’était à un moment où je ne voulais plus vraiment travailler. Je l’avais fait non-stop et j’étais épuisée. Mais j’avais envie de bosser avec lui », a tout d’abord expliqué Sienna Miller, rapporte le site Première.

Écart de salaires

« Je ne savais pas si je devais raconter cette histoire. Mais je vais le faire, parce que je crois que ça montre bien qui il était. C’était un film à assez gros budget, et je sais que tout le monde est au courant de l’écart de salaires entre femmes et hommes à Hollywood, mais j’ai demandé un montant que le studio ne voulait pas accepter. Et comme je me demandais si j’avais vraiment envie de retravailler alors que ma fille commençait l’école et que ce n’était pas le moment idéal, j’ai dit : ‘Je tournerai dans le film si je suis payée de manière adéquate’. Et Chadwick a fini par donner une partie de son salaire pour que je puisse toucher ce que j’avais demandé. Il a dit que c’était le montant que je méritais. C’était l’expérience la plus incroyable de ma vie. Ça n’arrive jamais (…) Dans cette ville, c’est inimaginable qu’un autre homme se comporte de façon si bienveillante et respectueuse  », a ajouté la jeune femme, encore émue.

« À la suite de ça, j’ai raconté cette histoire à ses acteurs masculins autour de moi. Ils sont tous restés très silencieux et sont rentrés chez eux, probablement pour réfléchir à tout ça un petit moment… Mais avec Chadwick, ça n’avait rien d’ostentatoire  », a ensuite conclu l’actrice. Respect.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.