A Quotidien, le témoignage de Lilie Vincent, une enfant transgenre de huit ans (vidéo)

A Quotidien, le témoignage de Lilie Vincent, une enfant transgenre de huit ans (vidéo)
Capture d’écran TF1/TMC

Ne l’appelez plus par son ancien nom de garçon, « on ne le prononce plus » explique sa mère. Maintenant, il s’agit de Lilie, une enfant de huit ans qui a révélé se sentir fille il y a seulement six mois. Ce mardi, sa famille a été accueillie par Yann Barthès sur son plateau de Quotidien pour raconter leur histoire. Un récit qui a provoqué autant des applaudissements que des commentaires haineux.

« Lilie n’a fait aucun choix. Ce qu’elle ressent, elle ne l’a pas choisi »

Tout a commencé un soir alors que Lilie se sentait très mal. « Je ne sais pas pourquoi ce soir-là, ça a été plus dur que les autres. On est restées plus longtemps à discuter. […] Elle avait besoin d’exprimer des choses mais on ne savait pas lesquelles », explique sa mère. C’est là que Lilie lui révèle se sentir vraiment une fille dans un corps de garçon. « On ne s’en doutait pas du tout même si on avait constaté que c’était une enfant extrêmement différente, très affirmée dans ses choix, que ce soit vestimentaires ou comportementaux, et avec une impertinence naturelle ». Il faut dire que depuis longtemps, elle avait quand même remarqué « comme une petite tristesse dans ses yeux » et une passivité poussée. Mais surtout, ce qui avait frappé ses parents, c’est que Lilie parlait déjà de suicide à sept ans. « C’était troublant, choquant et inquiétant », confie sa mère.

Heureusement, cette dernière est éducatrice et a pu faire jouer ses relations pour aider son enfant. Mais le premier jour à l’école avec cette identité de fille a été un traumatisme. « Ils ont fait une expérience très cruelle sur Lilie qu’on avait refusé en équipe éducative, c’est-à-dire de l’appeler par son prénom masculin pendant que la psychologue scolaire observe son degré de souffrance. Quand on l’a reprise, elle avait son petit sourire de façade et quand on est arrivés à la maison, elle a laissé tomber le masque et elle ne voulait plus retourner à l’école ». Depuis, cette situation s’est apaisée à l’école et le principal combat des parents est de changer le nom à l’état civil.

Aujourd’hui, quand Yann Barthès demande ce que la famille répondrait aux téléspectateurs sur la transidentité de Lilie, la réponse de sa maman est claire : « Je répondrais d’abord que Lilie n’a fait aucun choix. Ce qu’elle ressent, elle ne l’a pas choisi ». Lilie, qui a un frère jumeau, est maintenant en CE2 et veut devenir pilote d’hélicoptère.

Si l’histoire en a attendri certains, d’autres ont répondu de manière particulièrement agressive et sexiste, certains disant par exemple que pilote d’hélicoptère, c’était un métier d’homme et pas de fille. D’autre part, des internautes ont montré leur soutien. « C’est tellement émouvant et beau et intelligent. Merci pour ce magnifique témoignage Lili et sa famille », écrit l’un d’entre eux.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.