La série «Emily in Paris» remplie de clichés sur la capitale française? Le créateur répond

La série «Emily in Paris» remplie de clichés sur la capitale française? Le créateur répond
BelgaImage

Depuis sa sortie début octobre, la nouvelle série « Emily in Paris » n’a pas manqué de faire réagir dans la ville hôte de la nouvelle série Netflix. Dans ce monde-là, la Paris moins attrayante n’a que peu de place pour elle. Pas de métro encombré, pas de déchets par terre ou encore de bouchons sur les routes. Evidemment, cela fait réagir certains vrais Parisiens qui n’ont pas vraiment l’impression de vivre dans le même univers. Mais du côté du créateur de la série, Darren Star, ce serait oublier la véritable intention derrière « Emily in Paris ».

Des incohérences à la pelle

Parmi les détracteurs d’abord, on trouve notamment Laurence Boccolini qui n’a pas épargné Darren Star, non pas tant pour l’aspect de la ville mais pour l’image des Français. « Bravo au réalisateur d'avoir mis des clichés absolument grotesques sur les Français. [...] Vous apprendrez donc tout au long que nous sommes des buses, des fainéants (le Français ne bosse qu'à partir de 10:30 alors que l'américain commence lui a 8:00), que nous sommes prétentieux, débiles, méchants, odieux au travail, pas très propres, mal sapés, hermétiques aux langues et à l'évolution en général, que tous les hommes draguent non stop en étant à la limite du harcèlement, que les américains ont la clé́ de la réussite et nous des WC ».

Les internautes ont également relevé plusieurs incohérences comme sur le fait d’avoir forcément un voisin à la hauteur du chic à la française, de ne pas déroger au célèbre « French Kiss » même si la personne qui se présente est un directeur d’entreprise, ou encore de passer totalement à côté de tous les problèmes sociaux qui font l’actualité de la capitale française.

« Emily in Paris n'est pas un documentaire sur Paris »

Face à ces nombreuses réactions, le Parisien a voulu savoir ce que Darren Star en pensait. Mais pour lui, il y a une erreur d’appréciation du côté des spectateurs sur ses intentions. Ce qu’il voulait avant tout, c’était de présenter la difficulté des Américains à s’immerger dans une culture étrangère. Quant à l’image des Français dans la série, il veut calmer le jeu : « Ils sont désagréables selon le point de vue d'Emily au début. Je ne pense pas qu'ils le restent longtemps, d'ailleurs elle se fait beaucoup d'amis français. Paris est vraiment montré à travers le regard d'Emily et quand on arrive la première fois dans cette ville, ce sont les clichés qui ressortent. Par ailleurs, l'héroïne n'est pas toujours montrée sous son meilleur jour. Elle ne parle pas français, ce que lui reprochent beaucoup de personnages, et ils ont raison, c'est un problème. D'une certaine manière, elle mérite que des gens ne l'aiment pas à cause de son indifférence sur ce point ».

Pour appuyer son propos, Darren Star fait la comparaison avec un film dont il est aussi à l’origine : « Sex and the City ». « Vous pensez que Paris est montré comme un lieu idyllique et qu'on a forcé sur le glamour… Mais si vous aimez Sex And The City, c'est la même chose. Les Français qui regardent Sex And The City y ont une vision de New York qui correspond à celle qu'a Emily de Paris. New York est une ville merveilleuse mais Sex And The City n'était pas un documentaire. De la même manière qu'Emily in Paris n'est pas un documentaire sur Paris. En plus, je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose de voir Paris comme une ville belle et romantique », conclut-il.

 
  • Serge Lama tire sa révérence: «Je suis usé»

    Belgaimage

    Exclusif : le chanteur « sent » le poids de ses 55 ans de carrière. Il a dû reporter une tournée d’adieu en province à cause du Covid. Sa jambe le fait souffrir. Mais l’amour (de la chanson) reste la grande affaire de sa vie. De notre envoyé spécial à Paris !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern