Face aux polémiques, Disney prend la défense de son film «Mulan»

Face aux polémiques, Disney prend la défense de son film «Mulan»
©Newscom

Mis en ligne sur Disney+ en septembre dernier, sans passer par la case cinéma (à cause du coronavirus), le film « Mulan » défraie la chronique. Partout dans le monde ont même fleuri des appels au boycott du film. Notamment parce que certaines scènes du long-métrage ont été tournées dans la région chinoise du Xinjiang, accusée de répression massive envers la population ouïghoure. Et ce qui avait fâché les téléspectateurs, c’était surtout les remerciements adressés à cette région dans le générique du film. Mais jusqu’ici, aucun membre de l’équipe de production n’avait réagi aux critiques des internautes et de plusieurs personnalités.

Ce n’est qu’il y a quelques jours, soit un mois après la sortie de « Mulan », que le président de la production filmique chez Disney a répondu à un message d’Iain Duncan Smith, homme politique britannique, rapporte BFMTV. Ce dernier a publié sur Twitter la lettre qu’il a reçue de Disney. Dans celle-ci, on peut notamment lire qu’il est normal, lorsqu’on tourne un film un Chine, d’être accompagné par une société de production chinoise qui accompagne l’équipe de tournage sur le terrain, d’où les remerciements adressés dans le générique. « Certaines règles doivent être suivies par toutes les sociétés de production étrangères qui souhaitent travailler en Chine […] Et c’est une pratique habituelle du cinéma de se montrer reconnaissant, dans les crédits d’un film, pour la coopération, l’approbation et l’assistance apportées par différents groupes et individus pendant la production du film », est-il écrit dans la lettre reçue par Mr Duncan Smith.

Pour justifier le fait d’avoir tourné dans la région contestée du Xinjiang, l’auteur de la lettre explique aussi que la recherche pour les lieux de tournage a été entamée en 2017, époque à laquelle aucune règle spécifique de la part des États-Unis ou du Royaume-Uni n’avait été émise. De plus, « le tournage dans le décor désertique n’a duré que quatre jours, comparé aux 143 jours de tournage en Nouvelle-Zélande, ce qui ne correspond qu’à 78 secondes sur les 1h55 du film », se défend encore le responsable de chez Disney.

Si ses explications étaient complètes, elles n’ont cependant pas vraiment convaincu l’élu britannique qui l’avait interpellé au départ. « La réalité, c’est que Disney ne veut tout simplement pas offenser la Chine, a cédé aux exigences de la Chine et ne compte pas lui tenir tête », a commenté Iain Duncan Smith sur son post Twitter, ajoutant « Visiblement, les droits de l’homme passent après la politique de l’entreprise de ne pas offenser la Chine ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.