Une artiste transgenre porte plainte contre Laurent Ruquier et Christophe Dechavanne pour «violences psychologiques»

Une artiste transgenre porte plainte contre Laurent Ruquier et Christophe Dechavanne pour «violences psychologiques»
BelgaImage

Ce 2 octobre, Laurent Ruquier et Christophe Dechavanne ont eu une bien mauvaise surprise. Comme le fait savoir le Parisien, une femme transgenre, Ludivine Volandro, a décidé de porter plainte contre les deux hommes après avoir été selon elle été victime de « violences psychologiques » de leur part. Des faits qui lui ont fait vivre un cauchemar depuis plus de trois ans.

Des accusations de « transphobie » et « d’insultes ségrégatives »

Pour comprendre comment ces stars de la télévision auraient pu causer un tel tort, il faut remonter en mai 2017. Lors d’une émission des « Grosses Têtes », les invités de Laurent Ruquier sont amenés à commenter une animation commerciale. Dans celle-ci, une femme transgenre se présente comme le sosie de Cristina Córdula (par ailleurs présente sur le plateau), ce qui provoque immédiatement des critiques plutôt acerbes. « C’est qui ce travelo ? », se demande alors Laurent Ruquier. « Si ça se trouve, il y en a qui ont passé la nuit avec elle. Il y a peut-être quinze mecs qui se disent "Je me suis tapé Cristina Cordula" et qui se disent qu'elle a quand même une grosse b… », ajoute Christophe Dechavanne. Quant à l’animatrice franco-brésilienne, elle est loin de partager les rires de ses camarades. « C’est un travesti, c’est grotesque », commente-elle alors.

Du côté de Ludivine Volandro, ces commentaires ont été reçus comme un coup de poignard. A l’époque, elle avait demandé à ce que ce lynchage public cesse avec le retrait de la vidéo publiée sur internet et à ce que des excuses publiques lui soient faites. Depuis, rien, et la blessure est aujourd’hui encore béante. « Les propos qui ont été tenus sont inacceptables. On ne peut pas insulter les gens comme ça, pour faire du buzz potache », s’insurge-t-elle.

De là découle la plainte en justice de ce mois-ci pour « violences psychologiques », avec en principale ligne de mire les deux hommes. Ceux-ci sont désignés comme les « meneurs » du débat, supposés coupables « d’insultes ségrégatives » et de « transphobie » selon les avocats de Ludivine Volandro. Car d’après la plaignante, elle s’est sentie « humiliée » et les conséquences sur sa vie sont importantes. « Retour de mon bégaiement, peur de sortir seule, perte de contrats alors que le sosie de Cristina représentait près de 40 % de mon activité au cours de laquelle on me n’avait jamais traitée de travelo », confie-t-elle. « Ces propos m’ont décrédibilisée dans le métier ».

Ni RTL, ni Laurent Ruquier n’a souhaité commenter l’affaire, contrairement à Christophe Dechavanne. « Si cette personne, dont j'ignorais qu'elle avait été un homme, a été blessée ce jour-là par des propos, dont les miens, j'en suis profondément navré. C'est une évidence, je ne me serais jamais permis de dire cela en connaissance de cause », dit-il.

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern