«Animer du divertissement demande de l’expérience»: quand Iris Mittenaere se fait recadrer par la direction de TF1

BelgaImage
BelgaImage

Iris Mittenaere aimerait animer beaucoup plus que ce qu’elle ne fait à l’heure actuelle. Pour l’heure, la reine de beauté élue Miss France en 2016 est cantonnée à la présentation de l’Euromillions et à un rôle dans « Ninja Warrior » aux côtés de Denis Brogniart et Christophe Beaugrand. Elle en veut beaucoup plus. En août dernier, elle faisait part de sa frustration, avec le sentiment d’être sous-exploité par la chaîne française TF1. L’animatrice de télévision de 27 ans déclarait alors au Parisien  :

« J’aimerais tenter d’autres choses (…) Au départ, j’avais signé un contrat d’exclusivité pour multiplier les expériences à l’antenne. Ils connaissent mes envies. Il y a eu des pistes sur TFX qui ne se sont pas concrétisées. Je ne peux pas non plus les harceler. Et là, avec le Covid, ça va être encore plus compliqué (…) Heureusement que j’ai d’autres activités qu’à TF1. Sinon, je n’aurais qu’une semaine de boulot par an ».

Les commentaires d’Iris Mittenaere ne sont pas tombés aux oubliettes. Rémi Faura les a repris au bond dans une interview accordée à Puremédias ce samedi 17 octobre. Le directeur des programmes de flux de TF1 a répondu très directement à Miss Univers 2016 : « Animer du divertissement, c’est énormément de travail et cela demande d’acquérir de l’expérience ». Inutile, selon lui, pour Iris Mittenaere de « brûler les étapes », comme l’épingle Le Figaro.

Il s’explique : « Il fut une époque, dans les années 2000, où les formats écrasaient peut-être les animateurs, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il ne peut plus y avoir de simples présentateurs-prompteur. Un bon animateur n’est pas substituable ». Et Rémi Faure de citer les grands noms actuels de l’animation comme Yann Barthès, Jean-Luc Reichmann ou Nikos Aliagas : « Tous ces animateurs, avant d’arriver sur TF1, avaient déjà une longue expérience d’animation radio ou en tant que journalistes ». Iris Mittenaere n’a donc plus qu’à s’armer de patience.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.