Iris Mittenaere à propos de Miss France: «Les prétendantes sont prêtes à tout, c’est parfois l’enfer en coulisses»

Iris Mittenaere à propos de Miss France: «Les prétendantes sont prêtes à tout, c’est parfois l’enfer en coulisses»
©MAXPPP

« J’ai été choquée en apprenant son éviction », a déclaré Iris Mittenaere au journal français Le Parisien, revenant sur la polémique autour de l’élimination d’une candidate, Anaëlle Guimbi, de la compétition Miss Guadeloupe pour Miss France, après la diffusion de photos dénudées de la jeune mannequin. Des clichés qui ont pourtant été pris dans un contexte particulier, la lutte contre le cancer du sein, et qui n’ont rien de choquant ni d’obscène.

Mais la jeune Guadeloupéenne a été victime d’une dénonciation, et les comités de Miss Guadeloupe et de Miss France ont décidé d’appliquer le règlement des concours à la lettre : les candidates ne peuvent pas apparaître dénudées sur des photos. Selon Iris Mittenaere, les dénonciations sont malheureusement choses fréquentes dans les concours de mannequinat : « C’est énormément d’argent en jeu. Les prétendantes sont prêtes à tout, c’est parfois l’enfer en coulisses. Même à mon époque, Sylvie a reçu des courriers disant que j’avais des faux seins, un faux nez ».

« Pour moi, il faut surtout changer le règlement. Qu’on supprime la partie sur les photos dénudées, à condition qu’elles ne soient pas à caractère pornographique. Tout comme celle sur la taille minimale imposée de 1m70 ou celle sur les tatouages. Même la chirurgie ne devrait pas être un frein, notamment pour ouvrir le concours aux transgenres », a ensuite affirmé la co-présentatrice de « Ninja Warrior ».

Miss France et Miss Univers en 2016, la jeune femme travaille donc actuellement avec TF1, mais se lance aussi cette année en radio, sur Chérie FM. Elle sera seule aux commandes de « Chérie Lunch », « une heure d’humeur et de partage » comme elle l’explique, où elle parlera mode, beauté, voyages mais aussi actu insolite, musique ou même sport.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.