«Koh-Lanta»: menacé de décapitation, Laurent en veut à la production du jeu

Alexia Laroche-Joubert ne comprend pas les propos du candidat Laurent à l’encontre de la production de «
Koh-Lanta
».
Alexia Laroche-Joubert ne comprend pas les propos du candidat Laurent à l’encontre de la production de « Koh-Lanta ». - Montage ©Figaro/Capture d’écran

Lundi dernier, un homme s’en est pris à Laurent, candidat de « Koh-Lanta : les 4 Terres », menaçant de le tuer. Arrêté par la police depuis, le jeune agresseur avait notamment envoyé ceci à Laurent, qui est professeur d’histoire-géo : « Je vais te décapiter, c’est un truc de prof d’histoire », avant de menacer le candidat de s’en prendre à sa fille.

C’est Le Parisien qui avait révélé les faits mercredi soir. Le quotidien en avait profité pour faire réagir Alexia Laroche-Joubert, qui avait précisé que Laurent et sa famille avaient reçu une proposition de soutien psychologique de la part de la production de « Koh-Lanta ». « Laurent est exposé du fait de l’aventure. Le point qui est important, c’est que c’est un professeur d’histoire-géographie. Évidemment, les candidats peuvent parfois recevoir des messages de haine et d’insultes. Mais pas des menaces de décapitation », avait ajouté la directrice d’Adventure Line Production (société qui produit « Koh-Lanta »).

« Un sacré panier de crabes »

Mais ce jeudi matin, après avoir vu l’ampleur que l’affaire prenait, Laurent s’est exprimé sur les réseaux sociaux, passablement agacé. « Je voulais éviter de m’exposer pour protéger les miens, mais Le Parisien a réussi à mettre la main sur mon procès-verbal », a-t-il commencé, « Et Le Dauphiné, à qui j’avais donné mon accord pour clore le sujet et rassurer tout le monde sans donner mon identité, me dit qu’il est obligé de suivre et, comme tout le monde, va balancer mon nom et ma photo en pâture pour faire de l’argent en bafouant notre accord et sans mon autorisation ».

Mais le candidat n’est pas seulement agacé par les journaux qui se sont emparés de l’affaire. Dans la suite de son post Facebook, il a également visé la production de « Koh-Lanta », qui « participe au festin ». « La prod bloque toute notre communication, toutes nos interventions et contrôle nos réseaux sociaux », a encore écrit Laurent, regrettant d’avoir « mis les pieds dans un sacré panier de crabes ».

Contactée par Puremédias, Alexia Laroche-Joubert s’est donc une nouvelle fois exprimée sur l’affaire. « C’est surréaliste. Il dit tout et son contraire. Il dit qu’on révèle sa vie personnelle. C’est lui qui a alerté de ces menaces sur les réseaux sociaux », a-t-elle d’abord commenté, affirmant que ALP avait demandé à Laurent sa plainte afin de la fournir aux avocats de la boîte de prod. Concernant la surveillance sur les réseaux sociaux des candidats de « Koh-Lanta », Alexia Laroche-Joubert affirme que le professeur d’histoire de 49 ans « ment complètement ». « On ne contrôle pas, mais on accompagne. S’ils ont eu des difficultés, nous sommes là », a conclu la productrice.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Complotistes, les anti-vaccins?

    Kenzo Nera répond à nos questions sur le complotisme des anti-vaccins.

    Kenzo Nera, chercheur FNRS en psychologie sociale à l’ULB est spécialisé dans l’étude du phénomène conspirationniste.

  • spidey-1024x576

    «Spider-Man Miles Morales»: une suite réussie?

    Pour accompagner le lancement de sa nouvelle PlayStation 5, Sony a choisi de faire de la suite de son jeu « Spiderman » la star de son line-up.

  • Alexandre Dumas père ISOPIX_25705874-001

    Petites histoires du grand Dumas: premier épisode

    Le 5 décembre, il y aura 150 ans que disparaissait le père des « Trois mousquetaires ». Sélection d’une série d’anecdotes parmi les centaines ayant émaillé une vie flamboyante.

  • Lithographie de Victor Mignot datant de 1897.

    Bruxelles racontée par les affiches d’autrefois

    Eric Van den Abeele propose une superbe balade richement illustrée des hauts lieux du commerce, du divertissement, du sport et de la culture de la capitale par le prisme des publicités, placards et estampes murales qui ornaient les murs de la ville entre 1820 et 2020.